Antibiogramme

 

Indications :

Cet examen permet d’évaluer la sensibilité aux antibiotiques d’une souche bactérienne censée être responsable d’une infection.

Principe :

L’antibiotique testé, s’il est efficace, inhibe la multiplication microbienne sur ke prélèvement mis en culture.

AntibiogrammeRésultats :

Ils peuvent être obtenus en quelques heures jusqu’à 24 heures après isolement de la souche (durée totale de l’examen en moyenne 48 heures).

Pour chaque antibiotique testé, sa sensibilité est exprimée selon un jeu de lettre :

– S : sensible ;

– R : résistant ;

– I : intermédiaire.

On utilise aussi parfois une cotation en « plus » (+) et « moins » (-) 4 à 5 « plus » étant alors signe de plus grande sensibilité, et 4 à 5 « moins », de grande résistance.

Le choix se fait alors en fonction du tableau clinique, du site du foyer infectieux et du résultat donné par l’antibiogramme.

Technique :

La souche bactérienne est mise en culture en présence des antibiotiques testés.

On mesure sur milieu gélosé le diamètre d’inhibition de la prolifération bactérienne autour du disque imprégné d’antibiotque.

Si on utilise un milieu liquide, la lecture est visuelle ou automatique. On réalise, dans  ce cas une suite géométrique de dilution d’antibiotique auxquelles on ajoute la culture de bactérie : est ainsi déterminée la concentration minimale inhibitrice ; cette technique, longue à réaliser, est supplantée désormais par celle sur milieu gélosé.

Beaucoup de laboratoires utilisent pour cela des automates qui réalisent l’examen de façon automatique.

En cours de traitement, si l’évolution clinique n’est pas satisfaisante, l’examen peut alors être complété par l’étude de la concentration minimale bactéricide.

Coût :

B40 à B60.

Conseils pratiques :

Même devant une germe connu un antibiogramme peut être utile si l’on suspecte un développement de résistance, ce qui est de plus en plus fréquent.

loading...
«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·