Bronchoscopie

 

Indications :

Il s’agit de diagnostiquer une affection broncha-pulmonaire devant des symptômes cliniques inexpliqués ou une image radiologique à préciser.

Principe :

L’endoscope souple permet de visualiser l’arbre bronchique ; il permet de pratiquer des aspirations en cas d’obstructions et de réaliser des biopsies, guidées par la vision, sur des zones anormales ou systématiques en cas de doute de la carène bronchique.

L’endoscopie peut aussi servir à extraire un corps étranger intrabronchique.

BronchoscopieContre-Indications :

Allergie connue à l’autopsie ou aux anesthésiques locaux.

Une étude de l’hémostase est indispensable.

Une insuffisance respiratoire grave n’est pas en soi une contre-indication, l’examen pouvant être pratiqué sous assistance ventilatoire et oxygénothérapie.

Technique :

L’examen peut être pratiqué sans hospitalisation.

Des radiographies des poumons, de face et de profil, doivent avoir été réalisées.

Le tabac doit avoir été arrêté depuis 36 heures au moins.

L’anesthésie locale à la lidocaïne est faite après prémédication légère ; une anesthésie générale est possible.

Après introduction, nasale ou orale du fibroscope, on réalise, selon les observations faites :

– aspiration de secrétions ;

– biopsies des lésions ;

– prélèvements bactériologiques en cas de suspicion infectieuse ;

– lavage alvéolaire.

Résultats :

Un diagnostic visuel complété par les résultats histologiques permet de mettre en route un traitement adapté aux caractères des lésions observées.

Incidents :

Laryngospasmes (qui empêche l’introduction du fibroscope chez un patient agité), bronchospasmes, dysphonie persistant quelques jours.

Pneumothorax lors de la biopsie, hémoptysie.

Coût :

K30 + B75 si aspiration ou biopsie.

K50 + B150 si aspiration et biopsie.

Conseils pratiques :

Pendant l’examen, vérifier l’absence de cyanose et la bonne tolérance de l’examen. Il est intéressant, dans la suite de l’examen, en cas de doute sur un cancer, de recueillir les crachats pour une analyse cytologique.

Dans les suites de l’acte, surtout si celui-ci a comporté un lavage broncho-alvéolaire, un décalage thermique peut être observé, il ne doit pas persister plus de quelques jours.

Après la fibroscopie, le patient le reste sous surveillance et à jeun pendant deux heures, car il y a un risque de fausse route induit par l’anesthésie locale. Prévenir le patient qu’il est possible qu’il crache du sang.

loading...
«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·