Fibrillation Auriculaire

Fibrillation AuriculaireSIGNES CLINIQUES:

* rythme cardiaque irrégulier plus ou moins rapide entre 60 et 160/mn avec amplitudes variables, permanent ou paroxystique.

* aucun signe fonctionnel.

* ou asthénie et dyspnée modérée.

* ou palpitations ou oppressions désagréables, paroxystiques.

* ou lipothymie inaugurale voire syncope de type Adams-Stokes.

* rechercher des signes de valvulopathie (mitrale surtout) à l’auscultation.

* complications:

  – angor fonctionnel ou organique en rapport avec la cardiopathie sous-jacente.

  – embolie artérielle cérébrale.

  – décompensation cardiaque, OAP, collapsus.

  – convulsions, état confusionnel chez la personne âgée.

ETIOLOGIE:

* rétrécissement mitral.

* myocardiopathie hypertrophique, dilatée ou obstructive.

* hypertension artérielle.

* myocardiopathie ischémique.

* hyperthyroïdie.

* intoxication alcoolique aiguë.

* insuffisance respiratoire chronique.

* hypokaliémie, hypo-hypercalcémie.

* maladie de l’oreillette, WPW.

* iatrogène: digitaliques, théophylline.

* idiopathique (20%).

EXAMENS COMPLEMENTAIRES:

* scope.

* ECG:

  – absence d’onde P.

  – ondes f (400 à 600/mn): trémulations anarchiques de la ligne de base, bien visibles en V1.

  – les complexes QRS sont fins (sauf en cas de bloc préexistant ou d’aberration de conduction), non équidistants.

ionogramme sanguin, CPK, ASAT, LDH, TSH.

* radiographie thoracique.

* dans un second temps:

  – holter ECG et échocardiographie: volume de l’oreillette, thrombus, recherche de valvulopathies.

TRAITEMENT:

* médicamenteux si fibrillation récente ou si ancienne mais mal tolérée ou compliquée:

  – voie veineuse, éventuellement oxygénothérapie au masque.

  – corriger une éventuelle hypokaliémie.

  – Digoxine Nativelle: 1 à 2 ampoules IV lente par jour puis ½ à 1 ampoule par jour si f > 80/mn sauf si WPW, hypokaliémie, ESV polymorphes, excitabilité myocardique, prise de digitaliques.

  – ou Cordarone (réduit mieux que Digoxine Nativelle, à préférer si angor sous-jacent):

      – dose de charge: 30 mg/kg per os (ou 1 cp/10 kg), demi-dose le lendemain .

      – ou voie IV: 2 ampoules (300 mg) en perfusion de 30 mn puis 600-1200 mg/j à la seringue électrique.

      – après dosage de la TSH.

      – parfois en relais de la digoxine si échec de celle-ci au terme de 3 heures.

  – anticoagulation efficace avant la tentative de réduction:

      – Héparine:

          – bolus IV de 50 UI/kg.

          – puis 400 à 600 UI/kg/j à la seringue électrique

      – ou HBPM à doses curatives.

  – réduction par choc électrique sous anesthésie générale si échec du traitement médicamenteux, dans un second temps.

si fibrillation ancienne et bien tolérée:

  – Digoxine: ½ à 1 cp par jour selon l’âge +/- bêtabloquant.

  – anticoagulation préventive (Sintrom, Préviscan, Apegmone) sauf si contre-indication (donner alors Aspégic 250).

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·