La datation au carbone 14 n’est pas fiable !

 

Un Algérien prouve que la datation au carbone 14 est fausse

Il a étudié à la faculté de Bab Ezzouar à Alger avant de rejoindre l’université de Harvard aux Etats-Unis en 1986. Originaire d’Aïn Boucif, dans la wilaya de Médéa, Ahmed Bougatiche risque de renvoyer tous les chimistes et les anthropologues à l’école puisqu’il vient de prouver, lors d’un colloque tenu à l’université du Michigan, aux Etats-Unis, que la datation au carbone 14 est fausse. 
Cela veut dire que tous les livres d’histoire et surtout de préhistoire devront être brûlés ou du moins corrigés. Le chimiste algérien a, comme rapporté par la revue Scientific American News, parue cette semaine, prouvé devant 80 experts venus des plus grandes universités américaines et canadiennes que la datation au carbone 14 est bien fausse.

Atome carbone 14

Atome carbone 14

«Le carbone 14 ou radiocarbone est un isotope radioactif du carbone dont la période radioactive (ou demi-vie) est égale à 5734 ± 40 ans selon des calculs relevant de la physique des particules datant de 1961. 
Cependant, pour les datations, on continue par convention d’employer la valeur évaluée en 1951, de 5568 ± 30 ans (2)», peut-on lire sur le Wikipedia qui précise que «la datation par le carbone 14 se fonde ainsi sur la présence dans tout organisme de radiocarbone en infime proportion (de l’ordre de 10-12 pour le rapport 14C/C total). A partir de l’instant où un organisme meurt, la quantité de radiocarbone qu’il contient ainsi que son activité radiologique décroissent au cours du temps selon une loi exponentielle.

Un échantillon de matière organique issu de cet organisme peut donc être daté en mesurant soit le rapport 14C/C total avec un spectromètre de masse, soit son activité X années après la mort de l’organisme». Le chercheur algérien, plutôt le «découvreur» a trouvé une substance appelée stam 44 dans l’eau de pluie.

Le chimiste a prouvé par le biais de démonstrations devant les experts que la stam 44 détruit l’effet de l’isotoope qui ne devient plus réactif. Donc, pour être explicite, un objet, une roche, un arbre ou un être humain (squelette) ou animal peut voir sa datation faussée par les eaux de pluie, trompant ainsi les anthropologues et les chimistes. 
Par exemple, un squelette mort il y a seulement quelques centaines d’années peut être daté par les spécialistes comme étant mort il y a un million si ce n’est un milliard d’années.

Avec la découverte d’Ahmed Bougatiche, les égyptologues du monde entier devront également revoir leur copie. Aux Etats-Unis, on parle déjà de la nomination d’Ahmed Bougatiche au prix Nobel de chimie pour l’année 2012. Certains pensent même au retrait de celui obtenu en 1960 par Willard Frank Libby qui avait développé la datation au carbone 14.

loading...
«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·