Généralités en ophtalmologie

 

1- Étiologies d’HIV :

* Rétinopathie diabétique proliférante

* Occlusion de la veine centrale de la rétine de forme ischémique

* Déchirure rétinienne

* Syndrome de Terson (HIV associée à une hémorragie méningée)

* Maladie de Eales

* Devant une hémorragie sous-conjonctivale spontanée en nappe, toujours penser à un corps étranger intraoculaire passé inaperçu ; doit aussi recherché une HTA.

* Petites ulcérations disséminées au niveau de la cornée (kératite ponctuée superficielle = KPS) -> kératite à adénovirus ou syndrome sec oculaire.

Hemorragie intraoculaire vitréenne

Hémorragie intraoculaire vitréenne

* Kératite herpétique : ulcère dendritique ou en carte de géographie

* Blépharospasme : conséquence de la kératite aiguë

* Kératite neuroparalytique : kératite dystrophique secondaire à l’anesthésie cornéenne (et inocclusion palpébrale : paralysie faciale).

* Hypopion : niveau liquide purulent dans la chambre antérieur

* La spondylarthrite ankylosante s’accompagne d’une uvéite antérieure de caractère récidivant et de bon pronostic.

* La maladie de Still donne une uvéite sévère qui s’accompagne d’une cataracte et d’une kératite en bandelette.

* Le glaucome néovasculaire donne un tableau similaire au glaucome aigu à angle fermé.

* Episclérite : œil rouge et douloureux sans baisse de l’acuité visuelle (la douleur dis-paraît par l’instillation d’un collyre vasoconstricteur).

* L’hypertonie oculaire est définie par une pression > 21 mmHg (la moyenne est de 16 mmHg).

* L’hypertonie oculaire n’est pas synonyme de glaucome : toutes les hypertonies ocu-laires n’entraînent pas de glaucome ; il existe des glaucomes à angle ouvert où la pression intraoculaire se situe dans les limites de la normale.

* Périmétrie cinétique (périmètre de Goldmann) ; périmétrie statique (périmètre de Friedmann).

* Glaucome congénital : s’observe dans les 6 premiers mois avec mégalocornée, larmoiement et photophobie. Évolution vers la buphtalmie -> cécité ; traitement chirurgical (goniotomie de Barkan ; trabéculectomie)…

* Syndrome de Terson : hémorragie intravitréenne associée à une hémorragie méningée.

* Hyalite : trouble inflammatoire du vitré au cours des uvéites postérieures (toxoplasmose).

* Au cours de l’occlusion de l’artère centrale de la rétine, la fovéola garde sa coloration puisque elle est vascularisée par la choroïde.

* La puissance totale de la convergence est d’environ 60 dioptries

* Amblyopie : c’est l’état de diminution de l’acuité visuelle fonctionnelle ou organique

* L’essentiel du développement du globe se fait au cours des deux premières années de la vie, ce qui explique que l’emmétropie soit atteinte vers l’âge de 2 ou 3 ans

* La perte de pouvoir accommodatif s’installe vers 45 ans et devient complète vers 65 ans

* Myodésopsie : mouches volantes

* La presbytie sera perçue plus tardivement chez le myope

* L‘échographie B est toujours indiquée quand la rétine n’est pas visible (HIV) pour éliminer un décollement de la rétine.

* Eclipses visuelles durant quelques secondes par oedème papillaire de l’HIC

* Le syndrome de Foster-Kennedy associe une atrophie optique unilatérale avec œdème papillaire de l’autre côté (tumeur cérébrale + HIC) 

* HIC -> atteinte bilatérale du VI surtout

* Pilocarpine : myotique (sympathomimétique)

* Indications des collyres mydriatiques : prévenir ou rompre les synéchies ; mettre l’œil au repos (uvéite, kératite).

* La scopolamine est un anticholinergique -> mydriatique

* Les premières lésions histologiques de la rétinopathie diabétique sont l’épaississement de la membrane basale, la perte des péricytes puis la perte des cellules endothéliales des capillaires rétiniens => obstruction, microanévrisme.

* Les nodules cotonneux (nodules dysoriques) : lésions blanches superficielles et de petites tailles ; ils correspondent à l’accumulation de matériel axoplasmique dans les fibres optiques. Elles traduisent l’occlusion d’une artériole précapillaire rétinienne.

Uvéite antérieur

Uvéite antérieur

2- Uvéite antérieure :

* Œil rouge ; dimunition de l’acuité visuelle et une douleur profonde modérée

* Cercle périkératique ; transparence cornéenne normale

* Pupille en myosis avec parfois synéchies iridocristalliniennes ou postérieures avec déformation pupillaire.

* Lampe à fente : phénomène de Tyndall (protéines et cellules dans l’humeur aqueuse) + précipité rétrocornéen

* L’examen du FO est systématique à la recherche d’une uvéite postérieure

* Étiologies : spondylarthrite ankylosante ; herpès ; maladie de Still ; sarcoïdose ; maladie de Behcet (+ hyalite ; + hypopion).

* Traitement : collyre mydriatique + corticoïdes locaux.

Glaucome

Glaucome

3- Glaucome secondaire :

A- Traumatique :

Hyphéma important ; luxation du cristallin

B- Atteinte de l’uvée :

– Uvéite hypertensive

– Uvéite chronique (séclusion pupillaire ?)

C- Vasculopathies :

– Augmentation de la pression veineuse épisclérale (exophtalmie pulsatile ; tumeurs médiastinales ; tumeurs orbitaires….)

– Thrombose de la veine centrale de la rétine (glaucome de 100e jour)

– Rubéose diabétique irienne.

D- Tumeurs oculaires :

Angiome choroïdien (Sturge Weber) ; mélanome de la choroïde…

E- Médicaments :

Corticoïdes au long cours

Remarque :

HIV = hémorragie intraoculaire vitréenne

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·