Glomérulonéphrite aiguë

 

– Atteinte inflammatoire des glomérules rénaux, d’origine immunologique, survenant le plus souvent plusieurs semaines après une infection streptococcique (amygdalite, infection cutanée ou autre infection). Elle touche surtout les enfants de plus de 3 ans et les adultes jeunes.

– Le pronostic vital est parfois mis en jeu par l’importance de la rétention hydrosodée (OAP, oedème cérébro-méningé). Mais l’évolution est presque toujours favorable : disparition des signes cliniques en quelques jours, de la protéinurie en quelques semaines, de l’hématurie macroscopique en quelques mois.

Signes cliniques :

– Rétention hydrosodée d’importance variable, parfois limitée à de discrets oedèmes palpébraux ; parfois oedèmes des membres inférieurs (mous, indolores, prenant le godet) ; parfois majeure : oedème aigu du poumon (OAP) ou oedème cérébral avec convulsions parfois révélatrices de la maladie.

– Hypertension artérielle (HTA)

– Hématurie macroscopique

– Oligurie avec urines concentrées

– Protéinurie souvent abondante

Traitement :

– Repos au lit, non systématique

– Restriction hydrosodée stricte

– En cas d’oedèmes importants uniquement :

furosémide PO

Enfant : 1 à 2 mg/kg/jour en une à 2 prises

Adulte : 40 à 60 mg/jour en une à 2 prises

– Traitement des complications de la rétention hydrosodée :

• HTA

• OAP

• convulsions

– Traitement du foyer infectieux s’il est toujours présent au cours de l’épisode de glomérulonéphrite aiguë.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·