Otites moyennes chroniques

 

Ce sont tous les processus inflammatoires ou infectieux de l’oreille moyenne évoluant sur un mode chronique.

Les otites moyennes chroniques muqueuses sont en principe bénignes, les otites moyennes chroniques cholestéatomateuses sont dangereuses et nécessitent un traitement chirurgical.

Différents facteurs étiologiques : inflammation ou obstruction chronique des voies aériennes supérieures entretenant l’inflammation de la trompe d’ Eustache, fragilité de terrain local.

1- Les otites chroniques simples :

LES OTITES MUQUEUSES :

A- Otite séromuqueuse à tympan fermé :

→ enfant entre 3 et 8 ans (4%). Rare chez l’adulte (cancer du cavum).

→ Diagnostic sur l’hypoacousie entraînant chez l’enfant un retard scolaire.

→ Otoscopie : tympan mat un peu rétracté, ambré (jaune brun).

→ Surdité de transmission variable de 2O à 4O dB. Tympanogramme plat à l’impédancemétrie.

→ Evolution variable :

* guérison spontanée à la belle saison,

* surdité persistante et retard scolaire,

* poche de rétraction et lyse ossiculaire, puis cholestéatome.

→ Traitement :

* stade séreux récent : antibiotiques et corticoïdes, paracentèse et aspiration, ablation des végétations ;

* stade muqueux avec surdité franche : aérateurs transtympaniques .Traitement complémentaire: traitement du terrain, cures thermales n’empêchent pas de fréquentes récidives (3O% des cas).

Oreille externe et interne

Oreille externe et interne

B- Otite muqueuse à tympan ouvert :

* L’otite muqueuse à tympan ouvert ou otorrhée tubaire comporte une otorrhée généralement bilatérale, muqueuse ou muco-purulente. La perforation tympanique est antérieure, ou antéro-inférieure, ou totale.

* Le rôle du rhinopharynx ou du terrain est prédominant et l’évolution est souvent très lente jusqu’à l’âge de 8 ans ou même la puberté.

* Le traitement est médical (ablation des végétations adénoïdes, vaccinothérapie, crénothérapie). Il ne faut jamais instiller de gouttes ototoxiques.

* La perforation tympanique séquellaire (après otite aiguë nécrosante par exemple) peut toujours se surinfecter (baignades, poussée rhino-pharyngée).

* Évolution vers la tympanosclérose possible, lyse ossiculaire possible, passage épidermique possible.

* Le traitement est préventif (abstention des baignades) ou chirurgical (tympanoplastie).

2- Les otites chroniques cholestéatomateuses :

L’épithélium malpighien kératinisant du tympan et du conduit pénètre dans l’oreille moyenne à la faveur d’une rétraction de la membrane de Shrapnell ou de la pars tensa, ou par migration épidermique directe. Quelques cholestéatomes congénitaux de la caisse antéro-supérieurs existent chez le jeune enfant.

Diagnostic : hypoacousie et surtout otorrhée purulente fétide, parfois complications.

Otoscopie : perforation marginale (Shrapnell, région postéro-supérieure de la caisse qui est en fait le collet d’une poche pleine de cholestéatome).

Rechercher un signe de la fistule à l’épreuve pneumatique.

TDM pour préciser l’extension.

Traitement chirurgical combinant l’exérèse et une tympanoplastie ; deuxième temps de contrôle souvent nécessaire.Surveillance à très long terme car récidive possible.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·