PSA (antigène prostatique spécifique)

 

Indications :

Le dosage de cet antigène circulant secrété par les cellules glandulaires de la prostate permet de dépister un cancer, d’en apprécier le stade, de suivre son évolution.

Retrouvé dans aucun autre tissu, son taux s’élève dans toute affection prostatique : que ce soit l’adénome, le cancer, ou la prostate.

Principe :

L’antigène spécifique prostatique est une glycoprotéine sécrétée par la prostate.

PSA (antigène prostatique spécifique)Technique :

Prélèvement de 5 mL de sang sur tube sec.

La méthode de dosage est radio-immunologique ou immunoenzymatique.

L’examen doit être réalisé le matin, chez un patient strictement à jeun.

Résultats :

Les résultats sont variables en fonction des techniques de dosage et de l’âge du patient.

Ce taux augmente aussi en présence d’un adénome de la prostate.

Valeurs normales :

– moins de 50 ans : 2,5 ng/mL ;

– de 50 à 59 ans : 3,5 ng/mL ;

– de 60 à 69 ans : 4,5 ng/mL ;

– de 70 à 79 ans : 6,5 ng/mL.

Pour rapporter ce taux au volume de la prostate, il a été proposé de comparer ce volume, apprécié à l’échographie, au taux constaté, avec alors une valeur seuil à 0,15.

Afin de diagnostiquer un cancer, trois dosages successifs sont réalisés dans le même laboratoire, à trois mois de distance.

Une augmentation supérieure ou égale à 20 % d’un dosage à l’autre est alors significative.

Une partie du PSA existe sous forme libre (environ 10 %), le rapport PSA/PSA libre est augmenté en cas d’adénome et diminuée en cas de cancer.

Un rapport PSA libre/PSA total inférieur à 0,15 est ainsi en faveur d’un cancer.

Rapporté aux données cliniques et radiologiques, le taux de PSA permet de décider de l’attitude à adopter comme, par exemple, décider d’une biopsie écho-guidée.

Lorsqu’un cancer est diagnostiqué, un taux de PSA supérieur à 50 µg/mL fait craindre une atteinte ganglionnaire, et supérieur à 100 µg/mL, une métastase.

En postopératoire, en cas de prostatectomie totale, le taux doit devenir indétectable.

L’examen peut être utile pour déceler un échappement thérapeutique médicamenteux, lorsque le taux de PSA augmente sous chimiothérapie, par exemple.

Coût :

B70, 105 ou 140.

Conseils pratiques :

Afin d’éviter une éventuelle cause d’erreur, un dosage de PSA doit être effectué au moins 10 jours après un toucher rectal ou une exploration radiologique intrarectale.

Pour les personnes originaires des Caraïbes, l’incidence importante de ce cancer fait que le dosage de PSA doit être régulièrement effectué à titre de dépistage.

loading...
«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·