Test sanguin pour détecter les personnes suicidaires ?

 

Des chercheurs australiens sont actuellement en train de développer un test sanguin qui permettrait de déterminer si une personne est suicidaire. Le procédé se baserait sur la mesure de la concentration d’un neurotransmetteur particulier, l’acide quinoléique.

Et s’il devenait possible à partir d’une simple goutte de sang de découvrir si une personne est suicidaire ou non ? En janvier dernier, des chercheurs suédois ont publié une étude suggérant que les tendances suicidaires pourraient être liées à la présence d’une inflammation dans le cerveau. Or, bien que légère, celle-ci conduirait notamment à une production excessive d’un composé organique particulier appelé acide quinoléique. Une molécule neurotoxique déjà impliquée dans des processus dégénératifs du cerveau comme ceux de la maladie d’Alzheimer.

Test sanguin

Test sanguin

D’après l’étude publiée dans la revue Neuropsychopharmacology, les personnes suicidaires auraient ainsi montré des niveaux significativement plus élevés de cette substance que celles qui ne le sont pas. En venant en aide aux auteurs de l’étude, des scientifiques australiens de l’University of New South Wales ont alors décidé d’aller plus loin. Partis de cette découverte, ils projettent aujourd’hui de mettre au point un test sanguin qui serait capable de mesurer les niveaux d’acide quinoléique et donc de déterminer si une personne est suicidaire ou non.

“Nous connaissons maintenant le mécanisme et la molécule impliquée, donc nous devons trouver un moyen simple de le tester”, a expliqué le Pr Gilles Guillemin, impliqué dans le projet. Le test pourrait alors servir d’outil diagnostic pour les médecins qui veulent évaluer l’état mental d’une personne dépressive. “Nous pensons que cela prendra environ 12 mois de développer un test qui pourrait donner aux médecins des résultats en 24 à 48 heures”, a précisé le scientifique à l’Australian Associated Press.

Une prédiction difficile

Plus le niveau détecté d’acide quinoléique serait élevé et plus la personne serait susceptible de mettre fin à ses jours. Toutefois, comme le soulignent les spécialistes, le test sanguin ne suffirait pas à établir un diagnostic. Il servirait plutôt à compléter des soupçons ou des observations déjà réalisées. Mais savoir qu’une personne est suicidaire n’est encore pas la même chose que parvenir à prévenir le pire.

“La prédiction du suicide est difficile. Un test sanguin serait intéressant mais probablement pas très utile en terme d’indicateur spécifique parce qu’il y a tellement de facteurs qui influencent le comportement suicidaire”, a commenté Bob Goldney, professeur en psychiatrie à l’Université d’Adélaïde, reconnaissant toutefois être enthousiasmé par la création d’un tel test.

D’ailleurs, ce test pourrait ne pas servir qu’à détecter les personnes suicidaires. Il pourrait permettre également de travailler sur la dépression et d’autres désordres mentaux afin d’en savoir plus sur les mécanismes chimiques impliqués et notamment sur le rôle de l’acide quinoléique.

source: maxisciences.com

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·