Toxoplasmose

 

* La toxoplasmose entraîne chez la femme non immunisée un risque d’embryofœtopathie grave tout au long de la grossesse.

Le risque d’atteinte fœtale est rare mais grave au début de grossesse, fréquent mais moins sévère en fin de grossesse.

Si l’infection précède la conception, le risque d’atteinte fœtale est exceptionnel (patientes immunodéficientes).

– Le risque de passage placentaire est faible (1%) avant 10 SA, et augmente jusqu’à la fin de la grossesse (20% à 20 SA, 90% au 9e mois).

– Le risque de toxoplasmose congénitale grave

Toxoplasmose

femme enceinte + chat => risque de Toxoplasmose

* La toxoplasmose congénitale grave se manifeste par une atteinte cérébrale très sévère, microcéphalie, hydrocéphalie avec sténose de l’aqueduc de Silvius, convulsions, calcifications intracrâniennes.

La toxoplasmose congénitale bénigne se manifeste par une choriorétinite pigmentaire, hépatosplénomégalie, ictère néonatal.

Le risque de choriorétinite plusieurs années plus tard correspond à la toxoplasmose infraclinique.

* Les IgM (test de Remington positif à partir de 1/50e) apparaissent dés la première semaine de l’infection maternelle (premiers Ac détectables), atteignent leur maximum en 2 à 3 semaine et persiste pendant 3 à 6 mois parfois plus d’un an.

Les IgG (Dye-test : seuil de positivité à partir de 10 UI) apparaissent en 2 à 3 semaines, ils atteignent leur maximum vers 2 mois et ils persistent indéfiniment.

Les IgG positifs + IgM positifs => sérologie après 3 semaines plus tard : l’ascension nette est en faveur d’une infection récente qu’il faut traiter. Si pas d’ascension une infection ancienne est possible avec persistance d’IgM

FOETOPATHIES :

SNC : Hydrocéphalie ; calcifications intracérébrales ; convulsions

Oeil : Microphtalmie ; strabisme ; nystagmus ; choriorétinite ou uvéite

* Les signes échographiques de mauvais pronostic au cours d’une toxoplasmose fœtale : dilatation ventriculaire, microcéphalie, calcifications intracrâniennes périventriculaires, hépatomégalie, hypotrophie fœtale, épanchement des séreuses

* La sérologie toxoplasmique est obligatoire lors de l’examen de déclaration de grossesse et à chaque consultation mensuelle pour les femmes non immunisées.

Toute femme qui a présenté une séroconversion en cours de grossesse, quelqu’en soit le terme doit recevoir un traitement par spiramycine (Rovamycine®) 6 cp/j jusqu’à l’accouchement.

En présence d’une infection fœtale très probable et si l’échographie est normale justifie le traitement in utero par l’association Pyriméthamine-sulfamides + acide folinique (après la 16e SA car risque tératogène).

* A la naissance, un prélèvement est pratiqué sur le sang du cordon et sur le placenta avec sérologie et inoculation aux souris ; FO et échographie transfontanellaire.

Surveillance sérologique du nouveau-né tous les 2 mois jusqu’à l’âge de 10 mois et maintient du traitement par spiramycine chez lui et arrêt du traitement maternel.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·