Végétations vénériennes (papillomaviroses)

 

Papillomavirus

Papillomavirus

Infections génitales très contagieuses due à Human papilloma virus (HPV).

Signes cliniques :

– Condylomes acuminés (tumeur molle, « crêtes de coq ») ou condylomes plats (papules surélevées) indolores et souvent multiples, sans autre signe. Lésions le plus souvent localisées sur les organes génitaux externes et l’anus mais le rectum, le vagin, le col de l’utérus et l’urètre peuvent être touchés. En l’absence de traitement, les lésions se multiplient. Les complications à type d’obstruction sont rares.

– Certains types de HPV peuvent provoquer un cancer du col de l’utérus. Une colposcopie est donc indiquée, ainsi qu’un frottis vaginal annuel, chez les porteurs de condylomes.

Traitement :

Il est difficile et les rechutes sont fréquentes.

– Désinfection locale avec chlorhéxidine + cétrimide.

– Traitement des petits condylomes des organes génitaux externes, de l’anus et du vagin : préparations à base de podophylline.

• Protéger la peau saine avec de la vaseline ou de la pommade à base de zinc.

• Appliquer prudemment podophyllotoxine à 0,5% sur les condylomes uniquement.

• Laisser sécher. Pour les condylomes vaginaux, l’application doit être faite par le personnel médical. Laisser sécher avant de retirer le spéculum.

• Appliquer 2 fois/jour. Répéter 3 jours consécutifs/semaine pendant 4 semaines maximum

OU

• Protéger la peau saine avec de la vaseline ou de la pommade à base de zinc (un traitement mal conduit peut provoquer des ulcérations douloureuses).

• Appliquer prudemment résine de podophylle à 10% ou 25% (plus caustique, à employer par le personnel médical uniquement).

• Laisser sécher (pour les condylomes vaginaux, laisser sécher avant de retirer le spéculum).

• Attendre 1 à 4 heures avant de laver à l’eau et au savon.

• Appliquer une fois/semaine.

• Envisager une alternative en cas d’échec après 4 semaines de traitement.

Attention : les préparations à base de podophylline sont absolument contre-indiquées chez la femme enceinte ou allaitante. Elles ne doivent pas être utilisées pour les condylomes cervicaux, urétraux, rectaux ou les condylomes étendus.

– Traitement des condylomes supérieurs à 3 cm ou des condylomes cervicaux, urétraux et rectaux : cryothérapie, électrocoagulation ou excision chirurgicale.

loading...
«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·