Schizophrénie

Schizophrénie* Le syndrome schizophrénique débute le plus souvent entre la fin de l’adolescence et le début de l’âge adulte

* Trois syndromes cardinaux : dissociation, autisme, délire paranoïde.

* Syndrome dissociatif : n’est pas un signe pathognomonique de la schizophrénie ; Il correspond à la perte de la cohésion et de l’unité de la personnalité

* Rationalisme morbide : explication incohérente d’évènements concrets réels

* Catatonie : attitude psychomotrice constituée essentiellement par l’inertie et le négativisme ; mutisme, stupeur avec parfois hyperkinésie (impulsion motrice brutale)

* Délire paranoïde : délire mal structuré, flou, non systématisé, parfois dépourvu d’axe thématique particulier ou de thématique changeante. Les thèmes les plus fréquentes sont la dépersonnalisation, souvent accompagnée d’impression de transformations corporelles ou de dysmorphophobie ; délire de persécution, d’influence, de filiation….

Automatisme mental (vol de la pensée ; pensées imposées ; échos de la pensée ; syndrome d’influence)

* Symptômes positifs : idées délirantes ; hallucinations ; troubles de la pensée formelle (illogisme, incohérence, diffluence, tangentialité) ; comportement bizarre ou désorganisé (excentrique ; stéréotypés ; agressif…).

* Symptômes négatifs : pauvreté du discours ; émoussement affectif ; amimie ; anhédonie et retrait social ; apathie et altération de la volonté ; troubles de l’attention ; apragmatisme.

* Le tableau déficitaire (démentiel) s’installe progressivement, en quelques années ; il est particulièrement à redouter dans l’hébéphrénie. Les manifestations qui prédominent sont l’émoussement affectif, l’apragmatisme et la désorganisation.

* Stabilisation : profil évolutif le plus fréquent (50%) surtout en cas de schizophrénie paranoïde et schizo-affective

* La rémission complète ou quasi complète est possible (25% des cas)

* Schizophrénie résistante aux neuroleptiques -> intérêt de la clozapine : Leponex®

1- Syndrome dissociatif :

A- DISCORDANCE INTELLECTUELLE :

– Stéréotypies (écholalie ; palilalie)

– Barrage (suspension brutale du discours

– Fading (extinction progressive du discours)

– Perte de l’intimité de la pensée…

– Rationalisme morbide

– Troubles de la signification des mots ; néologisme ; schizophasie…..

B- DISCORDANCE AFFECTIVE :

– Ambivalence affective : amour et haine

– Présence de bizarrerie

– Détachement affectif ; impénétrabilité

– Emoussement des affects et de l’élan vital (athymhormie)

– Régression sexuelle (autoérotisme, déviation)

C- DISCORDANCE PSYCHOMOTRICE :

– Indécision des gestes

– Mouvements automatiques

– Maniérisme

– Paramimies (grimaces, sourires immotivés, mimique paradoxale)

– Mouvements stéréotypés (balancement de la tête ; déambulation)

2- Formes cliniques :

A- SCHIZOPHRÉNIE PARANOÏDE :

– C’est la forme typique de la description de la schizophrénie

– Délire paranoïde souvent à thème de persécution ou d’influence, et les hallucinations sont au premier plan. Le délire à tendance de s’appauvrir.

– Désorganisation conceptuelle et symptômes négatifs discrets ou absents.

– Symptomatologie dépressive atypique au 2e plan

B- SCHIZOPHRÉNIE HÉBÉPHRÉNIQUE :

– Débute de façon insidieuse (adolescence).

– Le syndrome dissociatif est prédominant avec un délire pauvre ou absent.

– Émoussement affectif et désorganisation au 1er plan

– Il existe fréquemment un maniérisme

– L’humeur parait superficielle et inappropriée

– Tendance à l’isolement relationnel et social

C- AUTRES FORMES :

* Schizophrénie catatonique : attitude catatonique ; état oniroïde

* Héboïdophrénie : comportement impulsif (délinquance ; drogue) ; discordance et appauvrissement idéique progressif

* Schizophrénie simple : survenue progressive d’une diminution globale des performances sociales de l’individu ; perte d’intérêt ; inactivité et retrait social. Syndrome dissociatif modéré sans troubles majeurs du cours de la pensée. Activité très stéréotypée.

NB : l’hébéphrénie (ou schizophrénie désorganisée) correspond à la démence précoce classique

3- Personnalités prémorbides :

A- PERSONNALITÉ SCHIZOÏDE :

– Détachement majeur par rapport aux relations sociales

– Indifférence à autrui et émoussement affectif

B- PERSONNALITÉ SCHIZOTYPIQUE :

– Comportement excentrique ; Croyances bizarres surnaturels

– Pauvreté des affects

– Idéations méfiantes sans réel syndrome délirant

– Pensée stéréotypée sans incohérence marquée et sans dissociation

«
»


Rédacteur en chef du site Medical Actu; médecin généraliste diplômé de la faculté de médecine d'Alger en 2005 exerçant actuellement comme libéral.

Partagez ce post

Articles apparentés

·