Rougeole

La rougeole est une infection virale aiguë extrêmement contagieuse. La transmission s’effectue par voie aérienne (inhalation de microgouttelettes émises par une personne infectée). Dans les pays en développement, elle touche principalement les enfants de 1 à 3 ans. La rougeole peut être prévenue par la vaccination.

Pour plus d’informations, se référer au guide Prise en charge d’une épidémie de rougeole, MSF.

Signes cliniques :

– La période d’incubation est de 10 à 12 jours.

Phase d’invasion ou phase catharrale (2 à 4 jours)

• Fièvre élevée (39-40°C), toux sèche, écoulement nasal et/ou conjonctivite (yeux rouges et larmoyants)

• Signe de Koplick : semis de tâches rouges sur la face interne des joues, avec en leur centre un point blanc-bleuâtre. Ce signe est pathognomonique de la rougeole mais n’est pas toujours facile à identifier ni présent au moment de l’examen.

Phase éruptive (5 à 6 jours)

• En moyenne 3 jours après le début des symptômes, éruption de maculo-papules érythémateuses, non prurigineuses, s’effaçant à la pression. L’éruption évolue selon une topographie descendante : front, puis face, cou et tronc (2e jour), abdomen et membres inférieurs (3e et 4e jour).

• Parallèlement, les signes de catarrhe oculo-respiratoire régressent. En l’absence de complications, la fièvre disparaît lorsque l’éruption atteint les pieds.

• L’éruption disparaît vers le 5e jour selon une topographie descendante (c.-à-d comme elle est apparue, de la tête aux pieds).

– La phase éruptive est suivie d’une desquamation pendant 1 ou 2 semaines, très prononcée sur les peaux sombres : la peau prend un aspect tigré.

En pratique, un patient présentant une fièvre et une éruption maculo-papuleuse et au moins un des signes suivants : toux ou écoulement nasal ou conjonctivite, est un cas clinique de rougeole.

Complications :

Les complications sont fréquentes et à rechercher systématiquement :

– Respiratoires et ORL : pneumonie, otite moyenne, laryngotrachéobronchite

– Oculaires : conjonctivite purulente, kératite, xérophtalmie (risque de cécité)

– Digestives : diarrhée, stomatite

– Malnutrition aiguë induite ou aggravée par la rougeole

– Neurologiques : convulsions fébriles ; rarement : encéphalite (1 cas/1000)

Parmi ces complications, les pneumonies et la déshydratation consécutive à la diarrhée sont les causes immédiates de décès les plus fréquentes.

Conduite à tenir et traitement :

– Critères d’hospitalisation :

• Incapacité de boire/s’alimenter/téter ou vomissements

• Convulsions ou troubles de la conscience

• Forme sévère de laryngotrachéobronchite aiguë

• Infection respiratoire sévère

• Diarrhée avec déshydratation

• Malnutrition aiguë

• Atteinte de la cornée (douleur, photophobie, opacité)

Le traitement se fait en ambulatoire pour les patients n’ayant aucun de ces critères.

– Éviction/Isolement

La période de contagiosité débute la veille de l’apparition des signes et persiste 4 à 5 jours après l’apparition de l’éruption :

• Triage des cas suspects de rougeole dans les salles d’attente

• Éviction des cas traités en ambulatoire pendant cette période

• Isolement des cas hospitalisés

– Traitement

• Traiter la fièvre dans tous les cas (paracétamol PO).

• Prévenir systématiquement les complications ou les traiter si celles-ci sont présentes :

Respiratoires et ORL :

Prévention :

Désobstruction du rhinopharynx avec du chlorure de sodium à 0,9% + amoxicilline PO : 80 à 100 mg/kg/jour à diviser en 2 prises pendant 5 jours

Traitement :

– Pneumonie aiguë

– Otite purulente

– Laryngite aiguë

Oculaires :

Prévention :

Nettoyage des yeux à l’eau propre 2 fois/jour + rétinol (vitamine A) PO 1 :

Enfant < 6 mois : 50 000 UI en une prise à J1 et J2

Enfant de 6 à 12 mois : 100 000 UI en une prise à J1 et J2

Enfant > 1 an : 200 000 UI en une prise à J1 et J2

Traitement :

– Conjonctivite purulente ou kératite

– Xérophtalmie

Digestives :

Traitement :

– Candidose buccale

– Ulcérations buccales : violet de gentiane à 0,5%.

Si ulcérations profondes ou malodorantes, ajouter :

amoxicilline PO : 80 à 100 mg/kg/jour en 2 prises + métronidazole PO : 20 à 30 mg/kg/jour en 3 prises pendant 5 jours

Déshydratation :

Prévention :

Faire boire l’enfant.

Plan A de l’OMS en cas de diarrhée sans déshydratation.

Traitement :

Plan B ou C de l’OMS selon l’importance de la déshydratation.

Malnutrition :

Prévention :

Augmenter les apports ou la fréquence des tétées, fractionner les repas (toutes les 2-3 heures), favoriser les aliments riches pendant la maladie et la convalescence.

Traitement :

– Impossibilité de boire ou de s’alimenter : sonde gastrique pour la durée la plus courte possible.

– Malnutrition aiguë : prise en charge thérapeutique de la malnutrition.

Convulsions fébriles :

Prévention :

Traitement de la fièvre (paracétamol) ; enveloppement humide en cas de pic fébrile.

Traitement :

– Convulsions.

Prévention :

– Pas de chimioprophylaxie des sujets contacts.

– Vaccination :

Une couverture vaccinale élevée (> 90%) réduit significativement l’incidence de la maladie et le risque d’épidémie.

• Vaccination de routine (PEV) : une dose de 0,5 ml à administrer en SC profonde ou IM dès l’âge de 9 mois.

• Lorsqu’il existe un risque élevé d’infection (regroupement de population, épidémies, malnutrition, enfants nés de mère infectée par le HIV, etc.) : une dose dès l’âge de 6 mois (entre 6 et 8 mois), puis une dose à partir de l’âge de 9 mois (respecter un intervalle d’un mois minimum entre les 2 injections).

 1* Le rétinol réduit également le risque de complications sévères en général et le risque de décès.

«
»


Rédacteur en chef du site Medical Actu; médecin généraliste diplômé de la faculté de médecine d'Alger en 2005 exerçant actuellement comme libéral.

Partagez ce post

Articles apparentés

·