Maladie de Guillain-Barré

0
2848
Health Care

A- Introduction :

Health Care

– C’est une polyradiculonévrite rapidement extensive

– Atteinte inflammatoire périvasculaire auto-immune des nerfs. Démyélinisation segmentaire et multifocale touchant les racines ; les plexus ; les troncs nerveux et les fibres végétatives. Atteinte très proximale ou très distale dans la zone de perméabilité sang-nerf.

– Origine dysimmunitaire probable. Dans 60% des cas, on retrouve un épisode infectieux préalable. Parfois vaccination, sérothérapie, intervention chirurgicale, soins dentaires…

Maladie de Guillain-Barré
Maladie de Guillain-Barré

B- Clinique :

* Signes inauguraux : paresthésie des 4 extrémités ; déficit moteur prédominant aux racines et aux membres inférieurs. Ces signes sont bilatéraux et symétriques ; souvent rachialgie, myalgie, radiculalgie. Extension ascendante des troubles sensitifs et moteurs. La phase d’extension est inférieure à 4 semaines.

* Au stade de plateau :

– Trois semaines en moyenne (3 jours à 6 semaines).

– Déficit moteur des 4 membres prédominant aux membres inférieurs ; bilatéral et symétrique avec hypotonie sans amyotrophie ni fasciculation. Atteinte des paires crâniennes (surtout diplégie faciale par atteinte du VII).

– Aréflexie ostéotendineuse intéressant les 4 membres

– Troubles sensitifs objectifs : moins importants, prédominant sur la sensibilité profonde (pallesthèsie…).

– Troubles végétatifs : troubles du rythme ; instabilité de la TA ; troubles vasomoteurs (sueurs, hypersalivation…).

– Signes négatifs : absence de troubles sphinctériens ; absence de signes centraux (pas de syndrome pyramidal).

C- Examens complémentaires :

* Biologie standard (ionogramme, VS, NFS) : normal. Il peut y avoir une hyponatrémie par SIADH.

* LCR :

– Dissociation albuminocytologique : protéinorachie élevée > 0,6 g/l sans réaction cellulaire (< 10/mm3)

– A l’électrophorèse augmentation des gammaglobulines polyclonales

* Electromyogramme :

– Peut être normal au début

– En stimulation-détection, blocs distaux ; blocs proximaux ; ralentissement des vitesses de conduction nerveuses sensitivo-motrices ; bloc de conduction (potentiels moteur) ; plus tardivement (après 15 jours) perte d’amplitude de potentiel des potentiels sensitifs.

– En détection : tracé normal au repos et à l’effort. L’importance de l’atteinte axonale secondaire est appréciée par l’existence ou non de potentiels de fibrillation (signe de dénervation active) ; par la perte d’amplitude des potentiels moteurs.

– Pas de parallélisme entre le degré de paralysie et le ralentissement de la vitesse de conduction nerveuse.

D- Diagnostic différentiel :

* Polyneuropathies aiguës

– Porphyries aiguës intermittentes : paralysies extensives souvent associées à des douleurs abdominales pseudochirurgicales déclenchées par une prise médicamenteuse (barbiturique) ; urine rouge porto ; c’est une neuropathie axonale.

– Vascularites

* Polyradiculonévrite avec hypercytose dans le LCR

– Après morsure de tique (maladie de Lyme) : hypercytose dans le LCR

– Autres : VIH (+++) ; autres infections

* Compression médullaire aiguë ou de la queue de cheval

* Polyradiculonévrite subaiguë ou chronique (durée d’installation

E- Évolution :

– Elle se fait en 3 phases : phase d’extension (une à 3 semaine) ; phase de plateau (une à 3 semaines) ; phase de récupération (plusieurs semaines à plusieurs mois). Récupération complète dans environs 80 % des cas.

– La durée de la phase du plateau est un facteur pronostique fonctionnel.

– La récupération se fait en général dans l’ordre inverse de l’apparition des paralysies.

– Le pronostic vital est mis en jeu : troubles de la déglutition et respiratoires ; dysautonomie ; risque thromboembolique

– A long terme, risque de séquelles dues à une récupération incomplète : déficit moteur, paresthésie, ataxie, calcification périarticulaire.

– Possibilité d’atteinte axonale secondaire : potentiels de fibrillation et diminution du potentiel moteur distal à l’EMG

F- Traitement étiologique :

– Plasmaphérèse durant la phase d’extension : elle limite l’extension de la paralysie, raccourcie la phase du plateau, accélère la reprise de la marche

– Immunoglobulines polyvalentes IV (efficacité comparable aux échanges plasmatiques).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.