Herpès génital

 

* Du à l’herpesvirus simplex type II à tropisme génital. Le risque de contamination in utero est rarissime (lors de la primo-infection herpétique).

Les conséquences de cette infection peuvent se traduire par un avortement, une atteinte congénitale (retard de croissance intra-utérin “RCIU”, hépatite, microcéphalie, hydrocéphalie, calcifications intracrâniennes, prématurité) ;

* Le plus souvent il s’agit d’une atteinte néonatale par contamination au cours de l’accouchement doit par voie ascendante après rupture des membranes soit au passage du fœtus dans la filière génitale.

L’atteinte peut être neurologique, cutanée et oculaire

* Les situations à risque d’infection fœtale sont : toute primo-infection en cours de grossesse (risque majeur : 50%), toute épisode de récurrence en cours de grossesse (risque moyen : 5%), antécédent d’herpès génital dans le couple (0.1%).

Les facteurs aggravant le risque d’infection néonatale sont la primo-infection dans les 3 dernières semaines de grossesse, la pré-maturité, rup-ture des membranes et longue durée de l’ouverture de l’œuf, manœuvres invasives.

* En cas d’antécédent d’herpès génital, envisager traitement par aciclovir per os 200 mg x 4/j à partir de la 36e SA.

En cas de primo-infection dans le mois précédant l’accouchement on peut proposer soit une césarienne systématique, soit un traitement par aciclovir et extraction par voie basse après vérification de la négativité des derniers prélèvements.

En cas de récurrence dans la semaine précédant l’accouchement on propose un traitement par aciclovir avec décision de traitement par voie basse, si les derniers prélèvements sont négatifs ou césarienne systématique.

Herpes génital

Herpes génital

En cas de lésion génitale suspecte au moment de l’accouchement => césarienne.

L’utilisation de l’aciclovir avant le 3e trimestre doit être évité sauf si indication formelle.

Les bénéfices de la césarienne, quand son indication est posée, persistent si les membranes sont intactes ou rompu depuis moins de 4 heures.

Au-delà de 6 heures de rupture, la voie basse est indiquée avec chimioprophylaxie par aciclovir, pansements à occlusifs sur les lésions à distance de la vulve, désinfection par des produits iodés (Bétadine).

Quelque soit le mode d’accouchement désinfection cutanée du nouveau-né par la Bétadine, aciclovir à usage oculaire.

NB : l’herpès oral (HSV1) est aussi redoutable que l’herpès génitale vis-à-vis l’enfant.

LES AUTRES MALADIES INFECTIEUSES :

* Hépatite B : la transmission du virus B à l’enfant est plus fréquente en fin de grossesse (voie hématogène transplacentaire), à l’accouchement (sécrétions génitales et sang maternel) et cours des premiers mois de la vie (promiscuité, hygiène de vie et allaitement), surtout si la patiente est Ag HBe positive.

Le risque est que l’enfant développe une infection chronique (60% des cas) avec dans un ¼ des cas une évolution vers la cirrhose et le carcinome hépatique (10% des cas).

La recherche systématique des Ag HBs au cours du 3e trimestre est obligatoire.

La sérovaccination est indiquée chez les enfants à risque.

L’allaitement maternel est contre-indiqué.

* Cytomégalovirus : certaines images échographiques sont évocatrices (microcéphalie, RCIU, HPM-SPM, ascite, calcification intracrânienne périventriculaire).

Le risque infection est plus important en cas de primo-infection ; le passage fœtal n’est pas systématique ; les atteintes fœtales sont le plus souvent bénignes.

* Syphilis : le tréponème ne traverse pas le placenta qu’à partir de 16-20 SA.

La syphilis congénitale modérée comporte une pâleur néonatale, une stagnation de la courbe pondérale, une hépatosplénomégalie, ictère, ADP, éruption maculopapuleuse et coryza bilatéral purulent et hémorragique.

La radiographie systématique de tout le squelette montre des images d’ostéochondrite.

La syphilis tardive se manifeste après l’âge de 2 ans (ou plus tard) avec des manifestations oculaires, auditives et ostéoarticulaires.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·