Troubles du rythme cardiaque ECG

 

1- Extrasystoles auriculaires :

– Les extrasystoles naissent de façon prématurée, l’onde P est de morphologie différente de l’onde P normale ;

– Le complexe QRS qui suit est fin, excepté en cas de bloc de branche (organique ou fonctionnel) ou et de préexcitation.

– L’ESA est suivi de repos compensateur

– Parfois, lorsque l’ESA survient très précocement, elle est bloquée au niveau du NAV qui est toujours en période réfractaire

Extrasystole auriculaire

Extrasystole auriculaire

 

Extrasystole ventriculaire

Extrasystole ventriculaire

2- Extrasystoles ventriculaires :

– Elles ne sont pas précédées d’une onde P ; elles déforment le QRS qu’elles allongent. La repolarisation est inversée avec une grande onde T négative. Parfois onde P rétrograde.

– Les ESV peuvent naître soit du VD (avec aspect retard gauche comparable à un bloc de branche droit) et vis versa.

– Critères de gravité : polymorphisme ; couplage (ESV tombant au sommet de T -> phénomène R/T) ; répétition (groupé en 2, 3 …)

– Une salve de tachycardie est l’existence de 3 ou plus d’ESV successifs -> critère de gravité.

– Lorsqu’une ESV succède systématiquement à un complexe sinusal on parle de bigéminisme.

Tachycardie jonctionnelle

Tachycardie jonctionnelle

3- Tachycardie jonctionnelle :

– Maladie de Bouveret : palpitation à début et fin brusque et crise polyurique au décours de la palpitation.

– Le déclic provient de l’extrasystole et cette tachycardie s’interrompt souvent sur une autre extrasystole.

– Tachycardie par réentrée intranodale ou par syndrome de WPW.

– Le traitement de la crise se fait par les manœuvres vagales (manœuvre de Valsalva). Sinon on utilise l’ATP (Striadyne) ou un anticalcique.

– Traitement d’entretien : (si TJ récidivante ou invalidante) ; anticalciques, bêtabloquants ou AA de classe Ic (s’il existe une voie accessoire).

Tachycardie ventriculaire

Tachycardie ventriculaire

4- Tachycardie ventriculaire :

– C’est une tachycardie à complexe large, définie par la succession de 3 ESV ou plus dans la fréquence est > 100/min.

– Il existe 3 critères qui permettent d’affirmer l’origine ventriculaire d’une tachycardie : complexe de capture, complexe de fusion, dissociation auriculo-ventriculaire.

– En cas de TV mal tolérée, le seul traitement est le CEE

– Si la TV est bien tolérée et/ou asymptomatique on peut tenter une cardioversion médicamenteuse par Cordarone ou la lidocaïne.

– Traitement d’entretien : amiodarone, bêtabloquants (surtout si IDM) ; l’association des deux est souvent efficace.

Torsade de pointe

Torsade de pointe

5- Torsade de pointe :

– Correspond à une macro-réentrée intéressant les deux ventricules avec chaque fois un point d’émergence différent. Leur initiation se fait à l’occasion d’une ESV alors que la repolarisation est élargie avec un espace QT prolongé.

– A l’ECG l’aspect est celui d’un dent de scie qui aurait tourné autour de son axe.

– Causes : métabolique (hyponatrémie, hypocalcémie) pu médicamenteuse (traitement bradycardisant, AA de classe Ia) ; QT long

– La principale complication est la transformation en fibrillation ventriculaire

– L’accès de TDP se traite par l’injection IV de magnésium, la correction d’une hypokaliémie ou par l’accélération du rythme (isoprénaline ou Sonde d’entraînement électrosystolique).

– Traitement des récidives : fait appel à la normalisation d’un trouble métabolique, à l’élimination d’une surcharge en quinidine

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·