Autres dermatoses (Eczéma, Urticaire, Pellagre)

Eczéma

– Eczéma aigu : plaque érythémateuse, vésiculeuse, suintante, prurigineuse, à bords émiettés et mal limités.

– Eczéma chronique : plaque érythémato-squameuse sèche, mal limitée et prurigineuse.

– Rechercher une cause (allergie de contact, mycose ou infection bactérienne à distance, malnutrition) et des antécédents familiaux.

Traitement :

– Nettoyer à l’eau et au savon 2 fois/jour.

– Puis appliquer :

• pour un eczéma aigu : lotion à la calamine 2 fois/jour

• pour un eczéma chronique : pommade à l’oxyde de zinc 2 fois/jour

– Rechercher et traiter une dermatose sous-jacente (gale, poux, etc.).

– En cas de surinfection : traiter comme un impétigo.

– En cas de prurit intense : prométhazine PO

Enfant de 2 à 5 ans : 5 à 15 mg/jour en 1 à 2 prises

Enfant de 5 à 10 ans : 10 à 25 mg/jour en 1 à 2 prises

Enfant de plus de 10 ans et adulte : 25 à 50 mg/jour en 1 à 2 prises ou chlorphénamine PO

Enfant de 1 à 2 ans : 1 mg 2 fois par jour

Enfant de 2 à 6 ans : 1 mg 4 à 6 fois par jour

Enfant de 6 à 12 ans : 2 mg 4 à 6 fois par jour

Adulte : 4 mg 4 à 6 fois par jour

Urticaire

– Papules érythémateuses, oedémateuses, prurigineuses, fugaces et migratrices ressemblant à des piqûres d’orties.

– Rechercher une cause : aliments, médicaments (antibiotiques notamment), piqûre d’insecte, infection bactérienne ou parasitaire au stade d’invasion (ascaridiase, anguillulose, ankylostomiase, schistosomiase, loase) ou virale (hépatite B ou C) ; maladie générale (cancer, lupus, dysthyroïdie, vascularite).

Traitement :

– Si prurit intense, antihistaminiques (prométhazine PO ou chlorphénamine PO aux doses indiquées ci-dessus) pendant 7 jours minimum.

– En cas d’oedème de Quincke : épinéphrine (adrénaline) IM

Nourrisson et enfant : 0,01 mg/kg/injection Adulte : 0,25 à 0,75 mg/injection à répéter toutes les 5 minutes si nécessaire selon l’évolution associée à hydrocortisone IM

Enfant : 2 à 4 mg/kg/injection

Adulte : 100 à 500 mg/injection

– En cas de choc anaphylactique.

Pellagre

Dermatose due à un déficit en niacine (vitamine PP) et/ou en tryptophane (chez les sujets uniquement nourris de maïs non traité par la chaux, de sorgho ; en cas de malabsorption ou de famine).

Signes cliniques :

Classiquement, “maladie des 3 D” : dermatose, diarrhée, démence :

– Plaques rouge-sombre, bien limitées, symétriques, localisées aux zones exposées

(front, cou, avant-bras, jambe), peau fine craquelée, pigmentée, parfois décollements bulleux hémorragiques.

– S’y associent des troubles digestifs (glossite, stomatite, diarrhée) et neurologiques centraux pouvant être graves.

Traitement :

nicotinamide (vitamine PP) PO

Enfant et adulte : 300 à 500 mg/jour à diviser en 2 prises, jusqu’à guérison complète, en association avec une alimentation riche en protéines.

– En cas d’épidémie de pellagre, par exemple en camp de réfugiés, il est impératif de modifier la ration alimentaire (apport en arachide ou légumes secs) afin de couvrir les besoins quotidiens (de l’ordre de 15 mg/jour chez l’adulte).

«
»


Rédacteur en chef du site Medical Actu; médecin généraliste diplômé de la faculté de médecine d'Alger en 2005 exerçant actuellement comme libéral.

Partagez ce post

Articles apparentés

·