Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie – Zinc

0
209

CARACTERISTIQUES :

  • Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie - ZincLe plus difficile à absorber de tous les minéraux (encore plus que le fer)
  • Minéral clé de tout l’anabolisme : appétit, goût (la gustine es une protéine à zinc), expression des gènes, synthèse des protéines
  • La supplémentation en zinc chez l’anorexique mentale a été montrée avoir des effets positifs par des chercheurs anglais
  • Pratiquement tous les outils qui concernent l’ADN utilisent le zinc comme co-enzyme ; tous les facteurs qui déclenchent les gènes sont zinc dépendants (passage de l’ADN à l’ARN, de l’ARN aux protéines, la duplication de l’ADN par l’ADN polymérase (« photocopieuse de l’ADN »), stabilité et réparation de l’ADN…)
  • Minéral central dans l’immunité : multiplication des globules blancs, des anticorps, des probiotiques) – mais ne doit pas être donné pendant une infection bactérienne ou une infection ORL susceptible de surinfection bactérienne car facteur de croissance des bactéries.

Études de supplémentation

– à 12 ans => amélioration croissance, réduction infections respiratoires, mortalité

– améliore les défenses anti-infectieuses et réduit fortement la mortalité dans les pays en voie de développement

– réduction significative des otites (-33%)

  • Protecteur des groupes thiols (-SH), sites sensibles et activateurs des enzymes, transporteurs, récepteurs, du glutathion, le détoxifiant universel, mais aussi antioxydant et allumeur des globules blancs
  • Anti-inflammatoire par plusieurs mécanismes, dont antagonisme avec le fer et le cuivre
  • Antitoxique (protège des métaux lourds : Hg, Pb, Cd) – un déficit en zinc augmente la vulnérabilité aux métaux lourds
  • Neuroprotecteur (module les récepteurs NMDA avec le magnésium et les antioxydants)
  • Nécessaire au déclenchement de l’apoptose (la deuxième défense contre les cellules cancéreuses car il fait partie de la protéine « garde-chiourme » P53)

Les apports sont insuffisants chez plus de 80% de la population, 100% chez les adultes et seniors

  • Or son absorption diminue avec l’âge
  • Ce qui explique que 100% des seniors soient déficitaires, ce qui accélère la dégradation des tissus et organes (accumulation des dégâts oxydatifs et inflammatoires cataboliques et baisse de la capacité de réparation, de reconstitution anabolique), la vulnérabilité aux infections, l’accélération de la neurodégénérescence…
  • La pilule, l’excès de fer, les métaux lourds antagonisent le zinc
  • Le zinc végétal existe mais est très mal absorbé
  • Les phytates (acide phytique dans le son, maïs, germes de soja) bloquent l’absorption du zinc, donc pain semi-complet au levain car le levain prédigère les phytates
  • Conclusion : si l’ensemble de la population relève techniquement d’une supplémentation quotidienne en zinc, avec des sous-populations en fort anabolisme ayant des besoins augmentés : femmes enceintes, petits enfants, adolescents en forte croissance, sportifs, péri-opératoire, traumatismes…. les végétariens et végétaliens devraient se supplémenter avec encore plus de régularité
  • La cystéine (groupe thiol) a une grande affinité pour le zinc et facilite son absorption

AJR : 15 mg

Les sels de zinc montrés les plus biodisponibles sont le citrate de zinc et le picolinate de zinc

Pour remonter un déficit en zinc, donner 2 fois les AJR (30 mq)pendant en moyenne 2 mois pour enfant, 3 mois pour adulte, 6 mois pour senior – avant de repasser à l’AJR (15 mg/j)

>arrêt d’infection bactérienne ou ORL et reprise 8 jours après la fin de l’infection

Penser aux populations en surutilisation :

Comme les femmes enceintes – les études montrent que 100% d’entre elles n’ont pas les AJR et que plus de 75% d’entre elles reçoivent moins de 10 mg de zinc par jour par l’alimentation, ceci à la période où l’on en a le plus besoin (impact sur le développement cérébral in utero, le développement global, l’immunité, vulnérabilise aux métaux lourds, … on suspecte que ce manque de zinc augmente les risques de dyslexie et autres troubles neurocomportementaux).

Besoins très augmentés aussi chez l’enfant et l’adolescent en forte croissance Le manque de zinc réduit les capacités de développement, y compris cérébral et vulnérabilise aux infections. Si courbe de croissance basse, le zinc devrait être l’intervention de première intention.

Importance du zinc chez les sportifs qui se bourrent inutilement de protéines, alors qu’ils manquent de zinc pour faire du muscle.

Importance du zinc pour la fertilité masculine (pas de multiplication de spermatozoïdes sans zinc) et rôle dans la métabolisation des androgènes Etudes : les déficits expérimentaux en zinc mènent à une baisse de la testostérone et de la spermatogénèse, les supplémentations permettent + 385% de grossesses et +318% d’enfants nés !

Importance du zinc dans la reconstitution de tissu : fractures, ostéoporose, sarcopénie (perte de masse musculaire chez le senior, mais aussi les personnes porteuses de pathologies inflammatoires, infections chroniques, cancers…)

AUTRES ROLES :

1- dans le diabète l’insuline dépend du zinc pour sa conformation

2- co-enzyme de nombreuses enzymes (+ 200) qui dépendent du zinc : dont la de!ta6 désaturase essentielle à la métabolisation des acides gras essentiels et à la production de prostaglandines anti-inflammatoires

3- restauration de la barrière digestive : multiplication des entérocytes et des probiotiques

4- absorption de la forme polyglutamates de la vitamine B9 (folates)

SOURCES ET COMPLÉMENTS :

Huîtres, fruits de mer, foie bio, œufs, viandes maigres et poissons (mais toutes les sources animales sont de plus en plus polluées – privilégier les viandes organiques et les petits poissons – les fruits de mer sont de moins en moinsrecommandables. Et, au-delà de cela nous consommons beaucoup trop de protéines animales, inflammatoires aux dépends des protéines végétales, anti-inflammatoires – cf. Moins de Viande – vers une transition au profit de la santé, du monde animal et de l’environnement).

Malheureusement, le zinc végétal est très peu biodisponible ce qui amène à recommander la prise d’un complément nutritionnel quotidien contenant du citrate de zinc avec tous les minéraux compatibles (ni fer ni cuivre), les vitamines – récemment on ajoute des principes actifs protecteurs (N-acétylcystéine, glutamine, polyphénols, lycopène, lutéine…). Il n’y a quasiment pas d’indication du zinc tout seul.

Les plus complets à ce jour sont Physiomance Multi (Thérascience) et Multigenics (Multidyn en France) Senior.

SIGNES DE DÉFICIT :

  • ongles cassants ou dédoublés (la synthèse de la kératine, une protéine dépend du zinc)
  • taches blanchessur les ongles, ongles striés
  • perte de cheveux ou ralentissement de leur pousse
  • peau sèche
  • lenteur des cicatrisations
  • infections fréquentes

PRESCRIPTIONS DANS

  • Croissance enfants
  • Développement intellectuel
  • Dysmaturité cérébrale, dyslexie…
  • Agueusie, signe extrêmement tardif du manque de zinc
  • Infertilité masculine
  • Grossesse (fertilité, développement de l’embryon, maturation du fœtus et cérébrale)
  • Hyperpigmentation de la grossesse car le zinc bloque le cuivre qui explose à cause de l’explosion des œstrogènes et qui entraine plus de mélanine
  • Pour permettre la montée des anticorps en cas de vaccination
  • Vulnérabilité aux infections
  • Pathologies allergiques et inflammatoires
  • Restauration barrière et flore digestive
  • Cicatrisation, fractures, traumatismes, péri-chirurgie
  • La plupart des pathologies dermatologiques : eczéma, acné, psoriasis ..
  • Protection contre les métaux lourds
  • Surpoids (indispensable à la reconquête de masse musculaire)
  • Prévention et co-traitement de l’ostéoporose, de la sarcopénie
  • Prévention et co-traitement du déclin cognitif et des démences
  • Prévention et co-traitement des cancers (P53 = protéine à zinc)
  • Maladie de Wilson (équivalent de l’hémochromatose pour le cuivre) – de fortes doses de zinc bloquent le cuivre

PRÉCAUTIONS D’EMPLOI et C.l.

Le zinc est le minéral le plus important pour les défenses immunitaires, mais, paradoxalement, il peut favoriser les proliférations bactériennes pendant une infection

Il faut donc suspendre sa prise pendant une infection bactérienne (angine, otite…) et lors d’infections ORL mêle virales, qui sont facilement l’objet de surinfections bactériennes. On peut le reprendre une semaine après la fin d’une infection. Par contre le zinc a des effets documentés antiviraux. Il est donc donné pendant des infections purement virales, sans risque de surinfection bactérienne.

Le fer et le cuivre antagonisent l’absorption du zinc dans les compléments(pas dans les protéines animales où dans des niches protéines/fibres séparées).

Inutile de surdoser le zinc pour le faire remonter car il sera bloqué dans le tube digestif : maximum 2x les AJR soit 30 mg, 45 mg en cas d’obésité, possiblement plus en casde Maladie de Wilson ou d’intoxication aux métaux lourds

Pour corriger les déficits en zinc, il faut des cures correctrices relativement longues (de 2 à 6 mois)

Auteur Jean-Paul Curtay