Ramifications de l’effet de synergie négative

0
202

Ramifications de l’effet de synergie négativeL’absorption des micronutriments, leur captation tissulaire et leur utilisation requièrent pratiquement toujours d’autres micronutriments. Et devant la prévalence des apports faibles dans la plupart des micronutriments, il est essentiel de considérer un effet négatif majeur : la répercussion d’un déficit en un micronutriment sur les autres micronutriments.

Il est bien connu que la vitamine D est nécessaire à l’absorption du calcium, mais on sait moins bien, par exemple, que le zinc est nécessaire à la bonne absorption de la vitamine B9 et la vitamine B9 à celle de la vitamine B1.

déficits pouvant réduire l'absorption nutritionnelle

En France, environ 80% de la population ne reçoit pas par l’alimentation les apports recommandés en zinc, 40% en vitamine B9 et 60% en vitamine B1. Le manque de zinc peut donc contribuer à accroître le manque de vitamine B9 qui à son tour peut aggraver le déficit en vitamine B1

On constate que, au seul premier niveau de l’absorption, un déficit en un micronutriment peut avoir des répercussions en chaîne.

Par ailleurs, il ne suffit pas d’absorber un micronutriment. Ce micronutriment doit être transporté et pénétrer dans les cellules où il doit agir.

Par exemple, la pompe à sodium échange du sodium intracellulaire qu’elle rejette au profit de l’entrée de potassium. Cette opération dépend d’une enzyme dont le cofacteur est le magnésium. S’il y a un manque de magnésium suffisant, une déplétion cellulaire en potassium peut rester résistante à l’administration de potassium tant qu’on n’aura pas corrigé le déficit magnésien

Quant à la rétention de magnésium dans la cellule, elle dépend d’un certain nombre de facteurs, dont la taurine, un dérivé d’acide aminé soufré que l’organisme est capable de synthétiser, mais souvent pas dans les quantités suffisantes.

La vitamine E agit en protégeant les graisses circulantes et les graisses des membranes cellulaires contre l’oxydation. Mais la teneur de ces graisses en vitamine E dépend de leur qualité. Plus elles sont riches en acides gras polyinsaturés, en particulier de la série oméga 3, plus elles mobilisent la vitamine E. (Note 2005: une étude négative incite à faire revérifier cette notion). Mais en France, quasiment 100% de la population ne reçoit pas par l’alimentation les apports recommandés en vitamine E.

Les micronutriments agissent rarement sous leur forme originelle. Ils doivent être intégrés dans d’autres molécules et/ou transformés. Ainsi, aucune des vitamines B n’agit avant d’avoir été transformée en ce qu’on appelle un coenzyme, sa forme active.

Cette transformation est réalisée grâce à l’intervention d’outils dont l’efficacité dépend d’autres vitamines et minéraux. Toutes les vitamines B requièrent du magnésium pour opérer leur transformation ; la vitamine B6 a besoin en plus de zinc, de vitamine B2 et de vitamine B3 afin d’aboutir à sa forme active. De même la vitamine B9 utilise en plus du magnésium, de la vitamine B2, de la vitamine C et probablement du zinc pour devenir coenzyme.

On voit de nouveau quelles répercussions peut avoir un déficit micronutritionnel sur les capacités fonctionnelles des autres micronutriments.

Une fois transformés, les cofacteurs opèrent encore souvent en synergie afin de permettre la construction et le renouvellement des structures cellulaires et de faire fonctionner les cellules des différents systèmes de notre organisme. Pour prendre encore un exemple, la production d’énergie sous forme d’ATP à partir des glucides et des lipides fait intervenir, au cours de ses nombreuses étapes, du magnésium, les vitamines B1, B2 et B3, et, pour l’une de ses étapes clés, la transformation du pyruvate en acétyl CoA (co-enzyme A), de l’acide pantothénique (vitamine B5) et de la biotine (vitamine B8) en sus.

La plupart des fonctions, par exemple réparation des dommages cellulaires ou défense anti-infectieuse, sont le résultat d’une chaîne d’opérations biochimiques.

Or, si une seule étape de ces chaînes d’opérations est ralentie par un manque en un micronutriment, les étapes qui se trouvent en aval de l’opération affectée se trouvent aussi ralenties par manque de substrat On peut comparer cette répercussion au chômage technique entraîné par le manque de pièces sur une chaîne de montage.

Auteur Jean-Paul Curtay