Amniocentèse

 

Indications :

Le but est de répéter, grâce à l’examen, un grand nombre d’anomalies chromosomiques de l’enfant à naître, s’il présente des facteurs de risques malformatifs ou des signes le faisant craindre : clarté nucale, épaississement de la nuque à l’échographie ou un taux d’hCG trop important.

Chez une mère âgée (plus de 38 ans avec un test HT21 positif) par exemple, il permet ainsi d’effectuer un caryotype foetal.

Contre-indications :

Un restriction de pratique en cas de risque d’interruption spontanée de grossesse et de malabsorption placentaire.

AmniocentèsePrincipe :

Prélèvement de 20 mL de liquide amniotique afin d’analyser et de pouvoir mettre en culture les amniocytes.

Technique :

Sans anesthésie, en ambulatoire, l’examen débute par un repérage échographique du placenta et une vérification de la vitalité foetale.

Possible dès la 15e semaine d’aménorrhée, la ponction est transabdominale à l’aiguille échoguidée.

20 mL de liquide suffisent à l’examen.

Le liquide amniotique recueilli est mis en culture, et les amniocytes sont analysés.

Résultats :

Le caryotype est établi par le laboratoire de cytogénétique en 15 à 20 jours, ainsi d’une cartographie des anomalies génétiques observées.

Incidents :

Il sont rares sous échographie mais peuvent exister comme :

– une ponction blanche ne ramenant pas de liquide ;

– une ponction sanglante par blessure du placenta ;

– surtout un risque de fausse couche : 0,5 à 1 % des cas.

Coût :

K15 + K10 et B1300 + B120 pour le dosage complémentaire d’alpha-foeto-protéine.

Conseils pratiques :

En cas de suspicion de spina-bifida (antécédents malformatifs familiaux ou mère sous Dépakine pendant sa grossesse) on peut adjoindre un dosage d’alpha-foeto-protéine, des phosphatases alcalines et de ses isoenzymes pour la recherche de la mucoviscidose.

La détermination du sexe du foetus est aussi possible pour les affections liées au sexe foetal.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·