Anticorps antithyroïdiens

 

Indications :

On pratique essentiellement l’examen si l’on soupçonne des pathologies auto-immunes thyroïdiennes (comme les thyroïdites de Hashimoto, par exemple), mais aussi lorsqu’est évoqué le diagnostic d’hyperthyroïdie néonatale.

En dehors de l’indication diagnostique, l’examen permet de suivre, en cours de traitement ou au décours d’une grossesse, les hyperthyroïdies de Basedow traitées.

Principe :

Les anticorps sont dirigés essentiellement contre la thyroglobuline, les microsomes et les récepteurs de la TSH ; ils témoignent d’une affection de la thyroïde.

Anticorps antithyroïdiensTechnique :

Prélèvement de 5 mL de sang veineux sur tube sec.

Les anticorps sont mis en évidence par précipitation, hémagglutination, immunofluorescence.

Résultats :

Les valeurs usuelles sont différentes d’un laboratoire à un autre selon la technique utilisée.

Des anticorps sont présents chez 5 à 10 % des sujets sains.

Les taux les plus élevés se retrouvent au cours de la maladie de Hashimoto, comme dans les cancers thyroïdiens et les maladies de Basedow.

Coût :

– Anticorps antithyroglobuline : 2 x B20.

– Anticorps antimicrosomes : B30.

– Anticorps antirécepteurs de TSH : B150.

Conseils pratiques :

Les traitements à base de corticoïdes ou d’immunosuppresseurs font baisser le taux des anticorps.

L’interféron alfa peut induire des dysthyroïdies avec augmentation des anticorps.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·