Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie – Potassium

0
147

CARACTERISTIQUES :

Macro-élément, 1er cation intracellulaire

Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie - PotassiumIl y a plus de K à l’intérieur de la cellule qu’à l’extérieur et inversement pour le sodium, donc le Na est attiré massivement à l’intérieur de la cellule (osmose). Or le Na attire l’eau (hydroscopique) et cela fait gonfler la cellule.

Pour lutter contre cela, il y a une pompe (Na/K pump) qui refoule à contre-courant un ion de Na contre un ion de K. L’ATPase qui libère l’énergie de cette pompe est Mg dépendante et elle utilise 20% de notre ATP total => 1/5 de notre énergie de survie est pour la pompe Na/K.

Fonctionnement de la pompe NA+/K+ ATPase

AJR : L’apport en potassium devrait être environ le double de l’apport en sodium : 2,5 g pour le sodium, 5 g pour le potassium. Ceci peut être monitoré par le rapport natriurie/kaliurie.

Mais il ne faut donc pas oublier de corriger les déficits en magnésium, sans quoi la répartition intracellulaire/extraxcellulaire peut rester incorrecte et contribuer à de l’hypertension et/ou à des oedèmes.

ROLES :

Le potassium, que l’on trouve surtout dans les fruits et légumes, participe au contrôle de la tension artérielle, de la rétention d’eau et du rythme cardiaque.

Le sodium a les effets inverses du potassium et favorise par ailleurs les pertes urinaires en calcium, ce qui peut contribuer non seulement au processus de déminéralisation osseuse, mais à la formation de calculs rénaux.

Les échanges sodium/potassium qui contrôlent les mouvements de l’eau entre l’intérieur et l’extérieur de la cellule et participent à la prévention de l’hypertension et des oedèmes, sont permis par la pompe à sodium qui les refoule grâce à de l’ATP et une ATPase doublement magnésio-dépendante.

Rapport Na/K: problème de l’osmose, aquarium avec une membrane poreuse, d’un côté eau salée et de l’autre pas. Au bout de quelques heures, il y a le même taux de sel partout. Les minéraux passent là où il y en a le moins:

  • dans la cellule KlOOmcq
  • hors de la cellule K 5 mcq

Pression osmotique vers la cellule pour le Na et hors de la cellule pour K (20x plus dedans que dehors). Or le Na est hydroscopique, il peut créer un oedème et la cellule pourrait éclater.

Pour éviter cela: la pompe Na/K qui utilise 20% du métabolisme de base pour refouler en continu le Na et reprendre le K.

Co-facteurs de la pompe: magnésium, B1, B2, PP

Question basique mais essentielle dans l’anamnèse

  • Qualité de l’eau?
  • Que boivent-ils?
  • Quantité de végétaux?
  • Produits industriels?
  • Corticoïdes (qui fait perdre du potassium dans les urines)?
  • Niveau d’énergie?
  • Rétention d’eau?
  • Tension artérielle?

=>Pour assurer un bon équilibre sodium/potassium, il suffit d’éviter les produits agro-alimentaires industriels (des conserves aux bonbons ils contiennent tous du sel caché), les charcuteries et les fromages, de donner la place qu’ils méritent aux végétaux et de remplacer la salière sur la table par des aromates comme le curcuma, le gingembre, l’ail, l’oignon, les herbes..

Ca, Mg, K et Na interviennent dans le transport ionique et leur équilibre et leur capacité de transport sont importants dans le fonctionnement neuronal (le fait que les neurones soient activés ou pas)

SOURCES :

Les sources principales de potassium sont : légumineuses, y compris le soja, oléagineux, courges, légumes verts et les choux, avocats, betteraves, sauce tomate, cumin, le curcuma, le gingembre, fruits, chocolat noir, chicorée, céréales semi-complètes

Causes principales de manque de Potassium (K) :

Corticoïdes => perte massive de potassium => risque de décès, il faut surveiller le K globulaire et le K sérique.

Causes principales d’excès de Potassium :

Sel de substitution à base de chlorure de K au lieu du chlorure de Na.

Or c’est très simple d’augmenter le K et d’améliorer le rapport Na/K sans danger:

  • manger plus de végétaux
  • consommer moins de produits industriels

réduire les conserves, les charcuteries et les fromages.

Auteur Jean-Paul Curtay