Électrophorèse des protéines sériques

 

Indications :

Moyen simple et peu coûteux, cet examen permet de connaître la composition sanguine en protide, principalement l’albumine et les globulines.

Principe :

L’albumine est préférentiellement secrété par le foie, et les globulines, par les lymphocytes : les doser représente donc un bon moyen d’apprécier le fonctionnement de ces deux sources de production.

Placées en milieu basique et dans un champ électrique, les protides migrent en fonction de leur charge électrique : on peut ainsi les séparer.

Électrophorèse des protéines sériquesTechnique :

Prélèvement de 5 mL de sang veineux sur tube sec.

On dose en même temps l’hématocrite.

Résultats :

La bande d’acétate de cellulose placée dans le champ électrique, les taches protidiques sont mises en évidence par un colorant.

Valeurs normales :

– Chez l’adulte : protides totaux : 60 à 80 g/L :

  – albumine : 35 à 50 g/L (conversion : g x 1,45 = µmol), soit 60 %.

  – α-1-globuline : 1,5 à 3,5 g/L, soit 4 %,

  – α-2-globuline : 3 à 9 g/L, soit 8 %,

  – β-globuline : 6 à 12 g/L, soit 12 %,

  – γ-globuline : 7,5 à 16 g/L, soit 16 %,

– Chez l’enfant : protides totaux : 45 à 70 g/L à la naissance ; ils rejoignent les taux adultes à 3 ans.

Variations pathologiques :

– L’hypoalbuminémie est un signe de :

  – dénutrition,

  – cirrhose hépatique,

  – syndrome néphrotique,

  – malabsorption intestinale avec diarrhée chronique,

  – insuffisance cardiaque droite,

  – syndrome inflammatoire (augmentation des α-1 et β-2 surtout) ;

– L’hypergammaglobulinémie est un signe de :

  – infection ou parasitose au long cours,

  – maladie auto-immune, LED,

  – atteinte chronique du foie : hépatite (augmentation des β et des γ),

  – atteinte lymphocytaire monoclonale avec bande étroite (myélome) : intérêt en ce cas de l’immunoélectrophorèse pour retrouver l’IG augmentée ;

– l’hypergammaglobulinémie, rare mais grave, peut être :

  – congénitale,

  – due à une atteinte hépatique ou à une atteinte lymphocytaire aiguë.

Coût :

B60.

Conseils pratiques :

Pratiquer un dosage parallèle de l’hématocrite permet de retrouver une hémoconcentration ou un hémodilution qui peuvent fausser les résultats ; le taux d’hématocrite permet alors de rétablir une possible erreur d’interprétation.

«
»


Administrateur et rédacteur en chef du site Medical Actu

Partagez ce post

Articles apparentés

·