Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie – Fer

0
266

CARACTERISTIQUES :

Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie - Fer3,4 à 5 g de Fer dans l’organisme et on fait rentrer de 1 à 2 mg (soit 1/5000ème du fer) Il y a une utilisation importante du fer par nos tissus, chaque jour 25 mg or nous n’en apportons que 1 à 2 mg par l’alimentation, donc le fer qui est utilisé par les tissus qui en ont besoin vient des réserves de l’organisme.

Dans l’organisme, le cycle du fer est très conservé (en moyenne on perd Img/j à cause de microsaignements) car le fer est :

  • pro-inflammatoire
  • très corrosif
  • pro-oxydant
  • facteur de croissance des virus, des bactéries, des champignons, des parasites, des cellules cancéreuses, …
  • le Fer est compartimenté, fixé sur des protéines qui le retiennent, afin d’éviter au maximum ses effets délétères
  • en cas d’infection ou d’inflammation, le foie le capte, et ilchute dans le sang (ce qui peut donner une anémie dite inflammatoire qui n’est pas une carence en fer mais une protection)

Si le fer est alimentaire, il est enveloppé dans des niches de protéines et de fibres et il est moins agressif car pas de contact direct avec l’environnement.

Le fer se trouve principalement dans le globule rouge pour transporter l’02 avec l’hémoglobine. Quand le fer sort du globule rouge avec l’hémoglobine car le globule rouge meurt, il est récupéré par la transferrine et ramené à la moelle osseuse pour refaire de l’hémoglobine dans de nouveaux globules rouges.

Pour manquer de Fer, il faut

  • soit un anabolisme très important (croissance, adolescence, grossesse, ..)
  • soit des saignements

Avantage des règles : la perte en fer contribue au ralentissement du vieillissement et à la réduction des risques de pathologies dégénératives. C’est un des mécanismes majeurs par lequel les femmes vivent en moyenne 7 ans de plus que les hommes (qui par ailleurs mangent stupidement plus de viande et moins de végétaux qu’elles) et font moins de la plupart des pathologies dégénératives (par exemple 3 femmes sur 10 seront touchées par un cancer contre 4 sur 10 hommes). Les hommes qui donnent régulièrement leur sang aux centres de transfusion ou qui sont végétariens ou flexitariens gagnent les mêmes avantages que les femmes.

Par contre le manque de fer

  • fatigue
  • vulnérabilise aux infections
  • peut contribuer à affaiblir la synthèse de noradrénaline (concentration, combativité)

Il s’agit dont d’apporter les quantités de fer optimales, sans manquer, ni se surcharger.

Le Fer rend la Vitamine C pro-oxydante= Réaction de Fenton, intéressant à l’intérieur du globule blanc mais à l’extérieur cela crée beaucoup de dégâts.

Seuls les polyphénols restent antioxydants face au fer (et au cuivre)

AJR : 18 mg/j (Femme) – 15 mg/j (Homme) – surévaluéssauf pour la femme enceinte puisqu’on ne perd sans saignement qu’un mg de fer/j

RÔLES :

Rôles majeurs dans le transport d’oxygène et le bon fonctionnement de la mitochondrie.Avant de produire une anémie, le déficit en fer entraîne une baisse d’énergie et des capacités intellectuelles.

1- Rôle dans immunité :

  • Fabrique du radical hydoxyl OH° avec du H202 peroxyde d’hydrogène, l’oxydant le plus toxique des RL (durée de vie très courte)au cœur du globule blanc ce qui permet de ne pas l’endommager et de ne pas être inflammatoire

> si déficit en fer, c’est immuno-déprimant car manque d’énergie, moins de OH dans les globules blancs

Mais                                        

  • Le fer augmente la nocivité du peroxinitrite ONOO°
  • Le fer est un facteur de prolifération des bactéries, des virus, des cellules cancéreuses
  • Etudes : mortalité par infections chez les patients avec injection de fer augmentée de 70% ; mortalité globale augmentée de 85% chez les consommateurs de compléments oraux contenant du fer étude sur 38 000 personnes)

2- Potentialisateur de la cascade arachidonique – Pro-inflammatoire et cardiotoxiaue :

  • Diminution des risques d’infarctus chez les donneurs de sang de 86% (don de 500 ml de sang diminue de V.z la ferritine)
  • Femmes réglées : 50% de réduction du risque d’infarctus
  • Femmes avec ferritine > 200 présentent un doublement du risque d’infarctus
  • Quintiles d’apports les plus élevés en Fer augmente la mortalité cardiovasculaire de +46%, +52%, +73% et +147% (pire si alcool)
  • Le fer est un puissant pro-thrombotique favorisant l’activation du fibrinogène en fibrine
  • Facteur d’AVC, de diabète
  • La différence d’espérance de vie d’environ 7 ans entre l’homme et la femme s’explique principalement par l’absence de règles chez l’homme et la consommation supérieure de viandes

3- Rôle important du fer dans la synthèse des neurotransmetteurs :

  • catécholamines (noradrénaline et dopamine) actives dans l’attention et la mémoire
  • passage de la phénylalanine à la tyrosine grâce au fer
  • réhydroxylation de la TYR en DOPA grâce au fer
  • le déficit en fer peut participer à une baisse de la concentration et à une tendance dépressive chez l’adulte
  • le déficit en fer est un facteur aggravant de l’hyperactivité des enfants => d’abord viande !
  • le déficit en fer réduit les capacités d’apprentissage chez les enfants, baisse de l’humeur, fatigue, perturbation cognitive, …

4- Le stress est pro-inflammatoire car il fait rentrer beaucoup de Fer dans les cellules via la noradrénaline (moins de Mq donc entrée de Ca et de Fer), le stress est un facteur de vulnérabilisation aux infections : quand on est stressé, il y a perte d’énergie liée :

  • au stress, contraction musculaire, rythme cardiaque, …
  • à la production de globules blancs
  • à l’entrée de facteurs de croissance (attaquants) dans la cellule (fer)
  • DONC UNE FATIGUE LIEE AU STRESS DONNE PLUS FACILEMENT DES INFECTIONS QU’UNE FATIGUE NORMALE

Les UV sont un stress oxydatif, c’est un immunodépresseur, car mobilise le fer dans les cellules ex : poussées d’herpès, mais aussi stimule multiplication virale HIV

5- Rôle pro-oxydant, pro-inflammatoire :

  • dans la dégénérescence cirrhotique du foie
  • dans l’inflammation hépatique liée à l’exposition aux polluants (activation des cyt P450 à fer)
  • dans la destruction articulaire lors de l’arthrose et des polyarthrites rhumatoïdes (métalloprotéases à fer => digèrent les protéines du cartillage
  • dans les destructions neuronales qui ont lieu lors des maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

Le fer peut accélérer toutes les pathologies aïgues (infectieuse, allergique, inflammatoire) et chronique ou dégénérative (cancer, Alzheimer, Parkinson, …)

6- Des apports élevés en fer sont corrélés à une augmentation de 10 cancers vs zinc qui diminue 12 cancers

Conséquences du déficit en fer :

Fatigue, retentissement sur immunité, sur le moral, une carence martiale peut être responsable d’une asthénie psychique et physique (fatigue), de retards d’apprentissage (ralentissement de la synthèse des NT catecholaminergiques). Réduit la thermogenèse.

Conséquence de l’anémie : fatigue, essoufflements, peau pâle, conjonctivite oculaire (intérieur paupière blanche),

SOURCES :

  • Viande rouge (fer héminique entouré de fibres), boudin, foie bio, viande blanche, poisson – ils doivent être choisis non industriels, bio et ne pas être agressés par la chaleur lors de la cuisson. Un bon rapport bénéfices/risques de leur consomation n’est trouvé que pour les enfants et ado en forte crosisance, les femmes enceintes et les femmes carencées en fer. Pour les femmes ayant des règles une consommation de 2 à 3 viandes rouges par semaine reste acceptable. Pour les autres : femmes après la ménopause et hommes, plus d’une viande pâr semaine est associé à des risques augmentés de surpoids, diabète et maladies dégénératives précoces.
  • Les tanins du thé vert diminuent par 5 l’absorption du fer.
  • La vitamine C potentialise l’absorption du fer en multipliant sa biodisponibilité par 5

PRESCRIPTIONS DANS :

  • Végétarienne anémiée
  • Urgence en début de grossesse ! On ne peut pas attendre pour corriger le statut en fer par l’alimentaire car le déficit en fer est une cause de malformations (si grossesse avec ferritine < 30, il faut supplémenter ; si désir de grossesse, se donner 6 mois avec la consommation d’une viande rouge/j avant la conception)

Les compléments en fer les moins mal tolérés sont à base de bisglycinates de fer. Mais leur prescrpiton devrait rester exceptionnelle et associé à des protecteurs (magnésium, polyphénols).

Si carence en fer :

  • Éviter les saignements
  • Vitamine C (mais pas Vitamine C + complément en fer) à la fin des repas
  • Consommation de viandes (boudins noirs, foie, viande rouge), sources de fer mieux tolérées
  • Pas de thé vert aux repas avec la viande
  • Limiter les compléments aux cas exceptionnels

A l’inverse si surcharge en fer :

  • Saignées thérapeutiques
  • Dons de sang jusqu’à un retour de ferritine entre 50-100
  • Thé vert antagonise l’absorption du fer
  • Éviter vitamine C après repas riches en fer
  • Réduire les viandes – foie
  • Carence avec anémie sous 12
  • Sans anémie sous 12
  • Entre 12 et 30 déficit
  • Normal entre 30 et 100
  • Mais viser plutôt 100 pour grossesse
  • Au-dessus de 100 surcharge
  • Au-dessus de 200 conséquences dégénératives
  • La ferritine optimale est entre 20 et 30 ng/ml sauf pour les femmes enceintes (entre 90 et 120 ng/ml)

PRÉCAUTIONS D’EMPLOI etC.I.

Cl :

  • Infection, inflammation arrêter le complément en fer car cela fait flamber la pathologie
  • Ne jamais supplémenter en fer en cas de cancers, d’infections chroniques, d’hépatites chroniques, de polyarthrite rhumatoïde
  • Réduire les excès de fer si allergie, inflammation

PAS DE FER DANS LES COMPLEMENTS GENERALISTES : Ceci d’autant plus que le fer catalyse l’oxydation de la vitamine C qui y est associée, la détruisant et engendrant des radicaux libres. Par ailleurs, il détruit toutes les autres substances antioxydantes. Il est le plus puissant antagoniste connu de l’absorption du zinc, aussi présent dans ces suppléments multi-minéro-vitaminiques.

Précautions d’emploi SI SUPPLEMENTATION EN FER :

  • Dosage plutôt 10 à 20 mg en fer élément plutôt que 50 mg
  • Sel biodisponible : bisglycinate ou glycérophosphate
  • Ne pas associer complément en fer et antioxydants (vit C), ni zinc
  • Arrêter si infection car facteur de croissance des bactéries, des virus, des champignons, des parasites, des cellules cancéreuses
  • Toujours associer des polyphénols pour protéger de l’augmentation de la production radicalaire et du magnésium qui réduit la pénétration de fer dans la cellule. Comme les polyphénols protègent du fer, il ne faut pas les prendre au même repas que le complément en fer si l’objectif est de remonter le fer !). Et prendre des polyphénols de petit poids moléculaire qui ne vont pas antagoniser le fer qu’on essaie de faire remonter !

Auteur Jean-Paul Curtay