Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie – Calcium

0
197

CARACTÉRISTIQUES :

Activité des minéraux les plus étudiés en Nutrithérapie - CalciumC’est le minéral le plus abondant dans le corps dont il constitue environ 2% du poids adulte, soit 1,2 kg. 98% dans l’os et les dents sous forme de phosphate calcique et d’hydroxyapatite. Le tissu osseux sert de réservoir pour maintenir constante la concentration sérique de calcium (entre 0,8 et 10,9 mg/dl) et seulement 1% du Ca, soit 10g, est intracellulaire.

La fixation du calcium sur l’os est vitamine K dépendante. La vitamine K modifie les protéines de la trame osseuse (collagène), qui, seulement une fois qu’elles sont carboxylées, accrochent le calcium.

L’entrée de calcium dans la cellule est le second messager intracellulaire d’énormément de médiateurs.

Par exemple, les mastocytes relarguent de l’histamine après entrée de calcium déclenchée par un allergène (lié à un IgE). La noradrénaline, sécrétée par les surrénales suite à un stress, accélère le rythme cardiaque, tend les muscles, bronchodilate, après entrée de calcium dans les cellules. C’est le magnésium qui est l’inhibiteur calcique physiologique. Ainsi, le magnésium réduit les réactions allergiques par un effet antihistaminique ou réduit les réactions aux stress.

La Vitamine D est le facteur limitant de l’absorption du Ca

Le Ca et le Mg font des savons avec les graisses saturées et deviennent inabsorbables ! (donc la plupart des fromages ne sont pas une bonne source de calcium, et en plus ils réduisent la biodisponibilité du magnésium – effet amplifié par les effets anti-calcium et magnésium aussi du phosphore dont les produits laitiers sont très riches)

AJR : 1000 mg

RÔLES :

1- Maintenance du capital osseux et des dents. Le déficit en calcium pendant l’adolescence et les grossesses impactent le capital osseux. La parathormone (PTH) s’élève en cas de baisse de la calcémie, ce qui entraîne un détricotage de l’os pour libérer le calcium manquant.Malheureusement, et c’est beaucoup plus fréquent, la baisse du magnésium circulant entraîne le même effet

  • dans ce cas on déconstruit de l’os pour libérer du Mg mais on libère en même temps du calcium,
  • ce calcium se dépose alors dans les tissus mous (périarthrite, calcification des artères, glande pinéale, calculs rénaux,. .), ceci d’autant plus qu’il y a manque de magnésium, l’inhibiteur calcique.
  • Des études montrent quele stress accélère l’ostéoporose et que la calcification de la crosse de l’aorte est inversement proportionnelle au statut en Mg.

Fin de la croissance du capital osseux à 16/17 ans pour les filles et 18/19 ans pour les garçons : il faut donc favoriser un capital osseux optimal avec Ca/ Vit D + sport dès l’enfance et l’adolescence pour prévenir l’ostéoporose.

2- Joue le rôle de “second messager” après déclenchement par un signal au niveau de la membrane cellulaire:

  • toutes les actions déclenchées par la noradrénaline sont ensuite médiées par le calcium

– provoque les contractions musculaires, la bronchodilatation et l’accélération du rythme cardiaque

– responsable de la vasoconstriction du cœur lors d’un stress en tant que 2nd messager de la noradrénaline, d’où l’utilisation des médicaments inhibiteurs calciques comme anti-hypertenseurs (en nutrithérapie le magnésium)

  • la sécrétion d’histamine par les mastocytes
  • l’activation des neurones glutamaergiques ou aspartaergiques (à récepteurs NMDA), impliqués dans l’apprentissage, la douleur, l’épilepsie et la mort neuronale
  • la sécrétion d’insuline par le pancréas… (d’où le fait que la prise de calcium peut augmenter l’appétit et favoriser la prise de poids ou qu’on l’utilise dans l’anorexie mentale)

Régulation de la sécrétion d'insuline par le glucose

3- L’entrée du calcium dans la cellule chasse du magnésium dont le niveau augmente dans le sang, si beaucoup de calcium entre dans une cellule, cela peut bloquer la production de l’ATP dont toutes les étapes dont magnésio-dépendantes

  • d’où le fait qu’un stress intense puisse couper les jambes, paralyser
  • d’où le fait que les stress chroniques entraînent des pertes urinaires de magnésium (une fois que son taux augmente dans le sang, le rein excrète ce qu’il voit comme un excès)
  • d’où le fait que le stress s’autoamplifie, le magnésium étant chargé de moduler la quantité de calcium qui entre dans la cellule sur laquelle se fixe le messager du stress, la noradrénaline (« cercle vicieux du stress »)

4- Rigidification des artères liées à la dégradation de l’élastine par l’élastase stimulée par l’entrée de calcium dans la paroi artérielle.

5- Ca, Mg, K et Na interviennent dans le transport ionique et leur équilibre et leur capacité de transport sont importants dans le fonctionnement neuronal (le fait que les neurones soient activés ou pas)

6- Des apports insuffisants en calcium favorisent l’ostéoporose, l’hypertension et le cancer du colon.

Risques de manque de calcium chez la femme enceint

Le retard calcique du nouveau-né est rattrapable après la naissance (contrairement au retard en zinc).

7- Par contre, un excès d’apports en calcium est un facteur de risque cardiovasculaire, de dépôts de calcium dans les tissus mous (péri-arthrite scapulo-humérale, artères, cerveau, calculs rénaux…) et la prise de compléments contenant du calcium a été associée dans des études à une augmentation de la mortalité. Le déficit magnésien augmente les risques de surcharge calcique cellulaire (qui à l’extrême mène au suicide cellulaire comme dans l’infarctus) et de calcification des tissus.

SOURCES :

Des apports suffisants en calcium sont atteignables par l’alimentation, même sans produits laitiers.

Eaux minéralisées, amandes, cartilages, museau, pied de porc, sardines entières (Ca, Si, Oméga, cresson, crucifères(brocoli, chou-fleur, chou de Bruxelles), poissons gras, en particulier sardines entières, algues (wakame et kombu), laits végétaux (soja, riz) enrichis en Ca. lait d’amandes…

C’est la vitamine D qui compte pour son absorption.

Quid de calcium des produits laitiers ?

• Certains produits laitiers comme les fromages bloquent l’absorption du calcium du fait de la formation de savons insolubles entre le calcium et les acides gras saturés.

  • La Suède détient le record mondial de consommation de lait et produits laitiers. Elle détient aussi le record mondial des fractures du col de fémur chez les femmes de plus de 50 ans, un des paradoxes rapportés par Thierry Souccar, directeur de fr dès 2004 dans Santé, mensonges et propagande, et développés dans Lait, mensonges et Propagande
  • Les asiatiques,ne consomment pas de produits laitiers, sauf dans quelques régions très circonscrites et il y a moins d’ostéoporose !
  • Dans la revue mondiale de référence en nutrition, American Journal of Clinical Nutrition, Hegsted conteste, dès 2001, l’évidence scientifique de la réduction des fractures par des apports élevés en calcium et rappelle que l’ostéoporose est une pathologie des pays occidentaux et que les pays qui ont les fréquences les plus basses d’ostéoporose ont des apports et en produits laitiers et en calcium faibles Hegsted DM, Fractures, calcium, and the modem diet, Am J Clin Nutr, 2001, 74 (5) : 571-3
  • De nombreuses études ont sorti des chiffres positifs sur les effets de la consommation de produits laitiers sur l’ostéoporose, les risques cardiovasculaires, le diabète et même la mortalité. Mais étant donné la découverte que beaucoup de ces études ont été pour la plupart financées par les lobbys du lait, on en vient de plus en plus à les mettre en doute.
  • Des études récentes trouvent les résultats contraires. Dans deux cohortes suédoises, l’une comprenant 61 433 femmes de 39 à 74 ans suivies pendant plus de 20 ans et une autre 45 339 hommes de 45 à 79 ans suivis pendant plus de 11 ans, la consommation de 3 ou plus verres de lait par jour comparée à un seul :

– est associée, chez les femmes à une augmentation du risque de toute fracture de 16% et de fracture du col du fémur de 60%

– n’est pas associée aux risques de fracture chez les hommes

– est associée à une augmentation de la mortalité de toutes causes de 93% chez les femmes et de la mortalité cardiovasculaire chez les hommes.

Par contre, cette étude trouve seulement chez les femmes une association entre la consommation d’une portion de produits laitiers fermentés et une réduction et du risque de fractures et de la mortalité de 10 à 15% par portion.

Les auteurs constatent par ailleurs dans deux sous-groupes testés dans chaque cohorte que la consommation de produits laitiers s’accompagne de l’élévation de marqueurs inflammatoires : IL6 dans le sang et isoprostanes dans les urines.

Karl Michaëlsson et al, Milk intake and risk of mortality and fractures in women and men cohort studies; BMJ, 2014; 349 : g6015

  • Le facteur majeur de prévention de l’ostéoporose est l’activité physique qui augmente la circulation dans le tissu osseux. Les vitamines D, K et B6 indispensables à la fixation du calcium sur l’os, le magnésium pour qu’il y reste et n’aille pas ailleurs se déposer, le zinc pour avoir une bonne trame osseuse…
  • On peut parfaitement consommer du calcium sans produits laitiers (voir les sources ci-dessus) et atteindre les quantités optimales à condition d’avoir des apports satisfaisants dans les nutriments « complices » et d’avoir un niveau suffisant d’activité physique.
  • Ceci est d’autant plus important que les produits laitiers par ailleurs :

– contiennent trop de phosphore qui a un effet négatif sur le calcium, le magnésium, la mortalité cardiovasculaire

– sont la première source d’intolérances alimentaires

– favorisent des réactions auto-immunes comme le diabète de type 1

– contiennent du lactose, soit mal digéré, soit facteur de cataracte et de dégénérescence des nerfs

– contiennent beaucoup trop de stéroïdes (androgènes qui donnent de l’acné, œstrogènes facteurs de cancers hormono-dépendants

– sont très riches en facteurs de croissance oncogènes

– se révèlent pro-inflammatoires

– sont une des sources les plus riches en dioxine et perturbateurs endocriniens

– la casomorphine dérivée de la caséine augmente : mucus, dépression respiratoire, reflux, mort subite du nourrisson et est incriminée dans l’autisme

On peut dire que le rapport bénéfices/risques des produits laitiers est mauvais.

Médicaments inhibiteurs de l’absorption du calcium : Corticoïdes, Diurétiques, Methotrexate, Néomycine, Tétracyclines

Facteurs augmentant l’excrétion urinaire : Caféine

Facteurs interférant avec le métabolisme : Aluminium

Facteurs réduisant la biodisponibilité : Phytates, oxalates, aliments riches en phosphore (lait, soda .) qui créent des sels insolubles avec le Ca et le Mg, les graisses saturées qui forment des savons avec le Ca et le Mg (fromages gras).

Ex : les Mexicains boivent 3 litres de coca /j et ont des risques de fractures augmentés.

Par ailleurs

  • les excès de protéines et aliments acidifiants
  • de sel
  • de café
  • la sédentarité
  • le déficit magnésien (via l’augmentation de la parathormone)

augmentent les pertes urinaires en calcium, les risques de déminéralisation osseuse, de calculs rénaux et de calcification des tissus mous. L’activité physique, les végétaux, les eaux bicarbonatées, le magnésium, les antioxydants et les polyphénols. .. font l’effet inverse.

PRESCRIPTIONS DANS :

– Anorexie mentale (ne pas le dire pour l’appétit mais pour l’os)

– Maigreur

car c’est un stimulant majeur de l’insulinequi fait entrer glucose, acides gras et acides aminés dans les cellules. Le calcium est donc un anabolisant global et a un effet sédatif complémentaire du magnésium et de la taurine.

PRÉCAUTIONS D’EMPLOI et C.l.

Ne pas donner de Ca sans Mg sinon calcifications dans tous les tissus mous et augmentation des risques cardiovasculaires:

– calculs rénaux

– calcifications articulaires (péri-arthrite scapulo-humérale) ou musculaires (myosite calcifiante)

– calcifications cérébrales (glande pinéale.. )

En cas de calculs rénaux d’oxalates de Ca, les plus fréquents, boire de l’eau minéralisée au repas car on bloque l’absorption des oxalates du repas qui descendent avec les selles. Par ailleurs, une supplémentationen Mg (sans réduire le Ca), réduit de 97% le risque de calculs.

Auteur Jean-Paul Curtay